Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : des chiots morts et agonisants découverts dans une benne à ordures

jeudi 13 avril 2017 à 16:27 Par Faouzi Tritah, France Bleu Périgord et France Bleu

Une habitante de La Chapelle-Aubareil en Dordogne a découvert une portée de sept chiots dans une benne ordures à Saint-Géniès. Seuls deux petits chiens ont survécu. Ils ont été recueillis par une famille mais leur état de santé est très préoccupant.

Aurélie a découvert ces chiots dans une benne à ordures
Aurélie a découvert ces chiots dans une benne à ordures - Association Pirate

Saint-Genies, France

Une habitante de La Chapelle-Aubareil, en Dordogne, a fait une macabre découverte mardi dernier. En voulant jeter ses ordures dans une benne, elle a découvert un sac blanc en plastique qui contenait sept chiots. Aurélie a été alertée par des cris qui s'échappaient de la poubelle. Certains des petits chiens, âgés d'un jour ou deux, étaient déjà morts, d'autres étaient très mal en point, voir agonisant.

Il y avait des chiots en sang" - Aurélie qui a fait la macabre découverte

Aurélie a tout de suite appelé l'association Pirate, une association de protection animale basée à Marquay, en Dordogne. Elle a immédiatement sorti les sept chiots de la poubelle avant de les recouvrir et de les placer dans un carton. C'est un vétérinaire partenaire de l'association qui a permis d'en sauver deux. Et aujourd'hui, Aurélie se sent tout de même coupable: "J'aurais voulu arriver plus tôt pour en sauver davantage, je suis toujours sous le choc".

Des larmes et de l'indignation

La présidente de l'association Pirate, Myriam Roulland, , qui habituellement vient en aide aux chats, est profondément choquée par l'histoire des ces chiots. "J'e n'ai pas pu m'empêcher de pleurer, c'était bouleversant de voir ça, je n'avais jamais vu toute une portée agonisante."

Celui qui ne veut pas d'animaux, qu'il s'achète une peluche"- Myriam Roulland, présidente de l'association

Mais après l'indignation vient la colère. "Je ne comprends pas que l'on puisse agir comme ça à notre époque, il y a la stérilisation, certains vétérinaires peuvent pratiquer une euthanasie gratuitement et d'autres font payer une petite somme." Myriam Roulland ne veut pas en rester là. Elle a pris contact avec la juriste de l'association 30 millions d'amis pour voir s'il peut y avoir des poursuites judiciaires. La loi interdit en effet l'abandon et les mauvais traitements sur les animaux. La peine encourue est de deux ans de prison et 30.000 euros d'amende.

Les deux chiots survivants ont trouvé refuge dans une famille de Plazac

Les deux chiots survivants, un mâle et une femelle, baptisés respectivement Népal et Hima, sont logés dans une famille qui a été touchée par cette histoire. Cette famille a accepté de se lever toutes les deux heures 24h/24h pour les surveiller, leur donner le biberon, les peser et les stimuler pour qu'ils fassent leurs besoins. Selon le vétérinaire, leur état de santé est très préoccupant, il faudra attendre une quinzaine de jours pour savoir si ils pourront survivre et grandir normalement.