Faits divers – Justice

Dordogne : deux ans de prison ferme pour avoir arraché un morceau d'oreille d'un ami

Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord mardi 14 novembre 2017 à 19:19

Devant le tribunal de Bergerac - illustration
Devant le tribunal de Bergerac - illustration © Radio France - Antoine Balandra

Ils étaient amis. Mais ça, c'était avant. Avant qu'un homme de 41 ans ne termine une soirée très alcoolisée à Bergerac en Dordogne en étranglant l'un de ses amis et en lui arrachant un bout d'oreille. L'agresseur a écopé ce mardi de deux ans de prison ferme

Un homme de 41 ans a écopé de deux ans de prison ferme ce mardi. Il était jugé en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Bergerac.

Il a en fait été condamné à 18 ferme (+18 mois avec sursis) et à la révocation d'un précédent sursis de 6 mois. Il a été incarcéré après l'audience.

Dans la nuit de vendredi à samedi, place Malbec à Bergerac il s en était pris à un de ses amis après une soirée très arrosée. Le prévenu très alcoolisé avait tenté d'étrangler son ami sous les yeux de sa compagne. Et lui avait arraché un morceau d'oreille avec les dents.

Un déchainement de violence qui l'avait déjà amené devant la cour d'Assises. Il a -notamment- déjà été condamné a 18 ans de prison pour meurtre en 2003.

Étranglement et oreille arrachée

A l'époque déjà l'homme sortait d'une soirée très alcoolisée. Et la situation avait dégénéré. Une histoire qui rappelle ce qu'a vécu la victime samedi. Une soirée entre copains qui se passe bien. Le prévenu qui boit beaucoup d'alcool : deux vodkas pomme, du rhum, du vin. Et qui insiste pour finir la soirée chez la compagne de son ami.

Face au refus de celui-ci, le ton monte, les coups pleuvent. L'agresseur disparaît et réapparaît en bas de chez sa victime. Il tente alors de l'étrangler et de lui arracher un morceau d'oreille. "Si je n'étais pas intervenu, la victime aurait pu trépasser" expliquera le boulanger de la place Malbec aux policiers..

A la barre le prévenu, un homme trapu cheveux rasés, puissant se défend d'avoir attendu sa victime de lui avoir tendu un guet-apens. "J'étais juste là pour acheter des croissants à la boulangerie" tente-t-il sans convaincre. "A 3h du matin, les croissants ne sont même pas cuits" lui répond le président. Quant à l'oreille de son ami, l'agresseur dit ne pas comprendre expliquant lui avoir simplement "parlé à l'oreille" avant de tenter de timides excuses et de repartir en prison.