Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : deux hommes condamnés pour avoir frappé leur voisine de 71 ans à Bergerac

Deux hommes ont été condamnés ce lundi 17 juin au tribunal correctionnel de Bergerac pour avoir frappé leur voisine de 71 ans. Tout serait parti d'une histoire de chats sur fond de soirée alcoolisée.

Le tribunal de grande instance (TGI) de Bergerac.
Le tribunal de grande instance (TGI) de Bergerac. © Radio France - Morgane Schertzinger - France Bleu Périgord

Bergerac, France

Selon le plus âgé des deux hommes, les chats de la voisine seraient venus uriner sur son lit, c'est ce qui le motive avec son complice à enfoncer la porte de leur voisine avec un extincteur, dans la nuit du mercredi 12 juin, dans cet immeuble situé boulevard Wilson. 

Les deux hommes rentrent dans l'appartement vers 2 heures du matin, leur voisine de 71 ans s'est réveillée. Ils poussent la septuagénaire, elle tombe par terre, ils la rouent de coups. 

A la barre, l'homme de 41 ans reconnaît qu'il a des problèmes d'alcool. Depuis qu'il vit dans cet appartement, depuis trois mois, il boit tous le soirs. Ce mercredi soir, il convainc son copain, un homme de 21 ans, de se venger de leur voisine à cause de cette histoire de chat dont il n'est plus trop sûr finalement à la barre.

Le procureur qualifie la soirée de "soirée de beuverie" et estime qu'il a un "lien indestructible et morbide" avec l'alcool. 

Les deux hommes jugés en comparution immédiate ont été condamnés à un et deux ans de prison dont de la prison ferme.