Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : dix ans de prison pour un pédophile qui filmait ses victimes

mercredi 10 janvier 2018 à 16:33 France Bleu Périgord et France Bleu

Un homme de 31 ans a été condamné à 10 ans de prison ferme pour agression sexuelle sur des enfants de 4 à 12 ans et enregistrement d'images à caractère pédopornographique, détention et diffusion de ces images sur Internet.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Maxppp - Maxppp

Périgueux, France

Il a été jugé au tribunal de Périgueux pendant deux jours ce mardi et mercredi. Un homme de 31 ans a été condamné à la peine maximale, à 10 ans de prison pour agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ans et enregistrement d'images à caractère pédopornographique, détention et diffusion de ces images sur Internet. 

En état de récidive, cet homme a été arrêté en 2016 mais les premiers faits remontent à 2007. L'homme a agressé sexuellement quatre petites filles dont la plus jeune était âgée de 4 ans, à Périgueux, Bergerac et en Haute-Garonne. C'est une amie de l'homme de 31 ans qui a porté plainte pour la première fois après que ce dernier a agressé sexuellement sa petite fille de 6 ans . 

Il filmait ses actes et les diffusait sur Internet

Dans son ordinateur, les gendarmes ont retrouvé 460 photos, 64 vidéos à caractère pédophile. 33 d'entre elles étaient des scènes qu'il avait lui-même filmées. Son historique montrait également 596 pages de conversations où il échangeait avec d'autres cybercriminels sur les "PF", les "petites filles".  

"C'est une condamnation réjouissante, d'habitude les cybercriminels prennent 6 à 8 mois, là, 10 ans pour avoir filmé ses victimes et diffusé les images sur Internet, c'est normal." — Annie Gourgue, présidente de l'association Mouette. 

Ce cuisinier de formation ne se rend pas compte de la gravité de ses gestes à la barre mais les explique : il a été maltraité dans son enfance et reconnaît qu'il n'a pas grandi affectivement depuis. D'ailleurs, à 31 ans, il vit au milieu des poupées et des mangas. 

Pour Annie Gourgue, présidente de l'association Mouette, qui défend le droit des enfants, "c'est une condamnation réjouissante, d'habitude les cybercriminels prennent 6 à 8 mois, là, 10 ans pour avoir filmé ses victimes et diffusé les images sur internet, c'est normal." L'association s'est portée partie civile au procès et a reçu 1 000 euros de dommages et intérêts. "Vous n'imaginez même pas le traumatisme de ces enfants, au moment où ils ont été filmés et après ces images qui circulent sur le net. Le traumatisme n'a pas de fin." 

10 ans de prison et 20 ans de suivi

Aux 10 ans de prison, s'ajoutent un suivi socio-judiciaire d’une durée de vingt ans avec obligation de soins, une interdiction d’entrer en contact avec des mineurs, d'aller sur les lieux fréquentés par des enfants et il a interdiction de séjourner en Dordogne.

À titre de mesure de sûreté, il fera aussi l’objet d’un placement sous bracelet électronique pendant deux ans après sa sortie. Son nom sera également inscrit au fichier des auteurs d’infractions sexuelles.