Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Dordogne : une Bergeracoise escroque 70.000 euros à la CAF, la sécurité sociale et Pôle emploi

-
Par , France Bleu Périgord, France Bleu

C'est une professionnelle de la fraude qui a été écrouée mardi 12 février à Bergerac. Alors que les enquêteurs s'intéressaient à une banale histoire de détournement de chèques, ils ont découvert que cette Bergeracoise escroquait la justice, la sécurité sociale, la CAF et Pôle emploi.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Harry Sagot

Bergerac, France

Un tampon de médecin et des avis d'arrêts de travail remplis. C'est ce qui a intrigué les enquêteurs lors d'une perquisition chez une Bergeracoise de 45 ans, pour une banale affaire de détournement de chèques. Il s'avère que la quadragénaire est multirécidiviste en matière de fraude. 

Déjà condamnée à un an d'emprisonnement ferme, pour escroquerie et abus de confiance, elle avait obtenu la suspension de sa peine en invoquant des problèmes de santé justifiés par de faux arrêts maladie. 

Elle a réussi à tromper la justice, la CAF, la sécurité sociale et Pôle emploi

Elle se sert d'un tampon de médecin volé pour authentifier ses faux arrêts de travail. La fraude va encore plus loin. Certains arrêts sont véridiques, mais correspondent à des jours où elle travaillait quand même.  En revanche, elle ne déclarait pas ses revenus à la CAF ni à Pôle emploi où elle était inscrite. 

Armée de son tampon volé, elle a donc réussi à tromper la justice, la CAF, Pôle emploi et la sécurité sociale, pour un total de plus de 70.000 euros. Devant le parquet, elle a reconnu les faits et a expliqué qu'elle était motivée par sa peur de la prison, et un divorce douloureux qui lui a coûté très cher. 

Elle est donc mise en examen pour escroquerie, fraude, abus de confiance et a été écrouée, en attendant la poursuite des investigations. En effet, cette quadragénaire réserve peut-être d'autres surprises aux enquêteurs : elle a travaillé quelque mois comme déléguée de la tutelle, et pourrait avoir détourné des chèques destinés aux personnes dont elle gérait les dossiers.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu