Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Le plan Alerte enlèvement déclenché pour retrouver Mia, une fillette de 8 ans enlevée par trois hommes dans les Vosges
Dossier : Contournement de Beynac

Dordogne : Germinal Peiro condamné pour injures publiques contre les opposants à la déviation de Beynac

-
Par , France Bleu Périgord

Le tribunal de Périgueux vient de rendre son jugement dans l'affaire d'injures publiques sur fond du projet de contournement de Beynac. Le président du département est reconnu coupable.

Germinal Peiro, le président du conseil départemental de la Dordogne, sur le chantier de la déviation (ou contournement) de Beynac (Périgord). Le 2 février 2021.
Germinal Peiro, le président du conseil départemental de la Dordogne, sur le chantier de la déviation (ou contournement) de Beynac (Périgord). Le 2 février 2021. © Radio France - Flavien Groyer

Le procès s'est déroulé le 8 février dernier mais le jugement avait été mis en délibéré. Un mois plus tard, le lundi 8 mars, le tribunal de Périgueux a rendu sa décision. Le président du Conseil départemental de la Dordogne est reconnu coupable de complicité d'injures publiques. Il est condamné à une amende de 500 euros. Il devra verser un euro symbolique aux deux parties civiles, l'association "Défendre l'intérêt général de la Dordogne" et a Theophile Pardo auquel il faut rajouter 1.000 euros de compensation pour les frais de procédure. 

Germinal Peiro annonce qu'il fait appel de cette décision "au nom du bon sens et de l'intérêt général". 

Le président du département assume ses propos à l'audience

En novembre 2019, Germinal Peiro avait déclaré dans la vidéo diffusée sur le blog Territoire Magazine "qu'il y aurait des morts à Beynac" et que les opposants au projet de déviation étaient "des criminels en puissance". Des propos diffamatoires selon le président de l'association "Défendre l'intérêt général de la Dordogne", Théophile Pardo qui a porté l'affaire en justice. 

L'association doit verser 1.000 euros pour frais de procédure à la journaliste poursuivie également pour diffamation car elle avait "diffusé" les propos. A chaque fois, lorsque les propos litigieux sont prononcés à la télé, à la radio ou dans un journal, le média est automatiquement poursuivi devant la justice.

Le projet de déviation de Beynac a été retoqué la justice. Le département a été condamné à détruire ce qui avait déjà été construit et à remettre en état le site. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess