Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Déviation de Beynac : Germinal Peiro souhaite faire payer aux opposants la facture de la surveillance du chantier

mardi 4 décembre 2018 à 16:52 Par Emmanuel Claverie, France Bleu Périgord

Face au surcoût que représente la surveillance accrue du chantier de la déviation de Beynac, le président du Conseil départemental de la Dordogne ne souhaite pas que les contribuables périgourdins payent la facture. Germinal Peiro va donc poursuivre en justice les associations d'opposants.

Germinal Peiro en visite sur le chantier du contournement de Beynac.
Germinal Peiro en visite sur le chantier du contournement de Beynac. © Radio France - Emeline Ferry

Beynac-et-Cazenac, France

Le ton a été vif lors de la quatrième réunion du comité de dialogue et de suivi du chantier de contournement de Beynac qui s'est tenu ce lundi 3 décembre à l'hôtel du département. Reprochant aux opposants les surcoûts que provoquent les intrusions répétées sur le chantier, le président du Conseil départemental de la Dordogne leur a annoncé qu'il allait les poursuivre en justice.

Un surcoût estimé à 500 000 euros

"Depuis bientôt deux ans, plusieurs associations, Sauvons la vallée de la Dordogne, la Sépanso et Défendre l'intérêt général en Dordogne n'ont cessé de commettre des actes délictueux" dénonce Germinal Peiro. "Ils ont envahi le chantier a plusieurs reprises, interrompu les travaux, dégradé des clôtures, dégradé des engins de travaux publics, -je passe sur toutes les menaces aux personnels- etc. et aujourd'hui, les forces de l'ordre que la préfète a mis à disposition pour faire régner l'ordre public ne peuvent pas être sans arrêt employées à réparer les désordres que commettent ces associations-là"

Le président du Conseil départemental précise qu'en accord avec la préfecture, des mesures ont été prises. Il a fallu notamment doubler les clôtures, et mettre en place une surveillance 24 heures sur 24 sur le site pour un coût total estimé à un demi-million d'euros. "Je vais donc me retourner contre ces associations-là qui soutiennent les zadistes" met en garde Germinal Peiro. "Je les poursuivrai en tant que responsables d'associations, mais je vais aussi les poursuivre à titre personnel, car il est inadmissible qu'en démocratie il y ait des citoyens qui se permettent de ne pas respecter la loi, et qui créent des dégâts que tout le monde doit payer après. Moi je n'accepte pas cette situation". 

La Sépanso affirme elle aussi "s'intéresser à l'argent public"

Mis en cause par le président du Conseil départemental, Michel André, le président en Dordogne de la Sépanso, principale association de défense de la nature dans le sud-ouest, préfère en sourire. "C'est intéressant qu'il s'intéresse aux fonds publics, nous aussi d'ailleurs! Et c'est pour cela que nous l'avions mis en garde de faire ce projet qui non seulement avait un coût -pour nous- exorbitant et inutile pour préférer d'autres projets qui peuvent être l'éducation la santé ou autre. Nous on considère que s'il veut effectivement s'occuper de l'argent public, qu'il arrête son projet et cela coûtera nettement moins cher. Germinal Peiro doit bien comprendre, poursuit Michel André, qu'il y a des opposants et qu'il doit lui-même les respecter. On est en France, où l'opposition existe et on a le droit de se manifester".

La prochaine réunion du comité de dialogue et de suivi du chantier du contournement de Beynac aura lieu courant février 2019.