Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : il porte plainte contre la SPA de Bergerac, qu'il accuse d'avoir fait adopter son chien disparu

-
Par , France Bleu Périgord, France Bleu

Pascal Salasc en est sûr : le border collie qui a été adopté à la SPA de Bergerac est bien son chien, Gribouille, disparu quelques semaines auparavant. Il aimerait le prouver mais assure que le refuge ne lui en laisse pas l'occasion. C'est le tribunal de Bergerac qui tranchera le 8 octobre prochain.

Pascal Salasc est certain d'avoir reconnu son chien Gribouille dans une annonce d'adoption sur internet
Pascal Salasc est certain d'avoir reconnu son chien Gribouille dans une annonce d'adoption sur internet - Pascal Salasc

Bergerac, France

Le tribunal de Bergerac devra trancher le 8 octobre prochain : Pascal Salasc peut-il tenter de prouver que c'est bien son chien, Gribouille, qui a été adopté par une autre famille après avoir disparu ? Cette adoption a-t-elle été réalisée légalement ? A cette deuxième question, l'homme est persuadé que la réponse est non. Il a déposé plainte contre la SPA de Bergerac. 

Depuis plus de deux mois, Pascal Salasc, qui habite Villefranche-de-Lonchat, met tout en œuvre pour récupérer celui qu'il considère être son chien : Gribouille. Le border collie âgé de 5 ans a fugué du jardin au début du mois de juin. Au même moment, un chien de la même race est emmené à la fourrière de la SPA de Bergerac. En voyant une annonce sur internet quelques semaines plus tard, Pascal en est persuadé : c'est bien son Gribouille qui est proposé à l'adoption dans le refuge. 

Mésaventure puis cauchemar 

Quand il se présente à la SPA de Bergerac, Pascal Salasc apprend que le chien qu'il croit avoir reconnu a été adopté il y a une dizaine de jours. Aucune puce d'identification n'a été détectée sur ce border collie. Il a donc été baptisé "Bandy" et a pu partir, "après respect des délais réglementaires" avec sa nouvelle famille, lui précise-t-on. L'homme insiste et montre des photos de Gribouille. Mais rien n'y fait, le refuge maintien qu'il ne peut pas revenir sur l'adoption. Plus de deux mois après cette mésaventure qui s'est transformée en cauchemar, Pascal Salasc se démène pour qu'on lui permette de prouver que "Bandy" est bien son chien, Gribouille. Il se dit prêt à faire pratiquer des tests ADN sur les poils qu'il a récupéré sur la brosse de son chien. Ou à faire faire une radio au chien pour trouver la puce d'identification qui peut parfois se désactiver.

Adoption illégale ?

Au travers de sa plainte, Pascal espère aussi prouver que l'adoption de ce chien n'a pas été réalisée dans les règles. Selon lui, la SPA de Bergerac n'a pas respecté les délais de fourrière, inscrits au code rural. C'est à dire la période pendant laquelle l'animal n'est pas adoptable, qui permet aux maîtres de retrouver leurs animaux. Cette période st de 8 jours ouvrés et complets, pendant lesquels ne comptent ni les dimanches, ni les jours fériés. Ne comptent pas non plus les premiers et derniers jours de fourrière. Pour Pascal, avec une mise en fourrière le 5 juin et une adoption le 15, le compte n'y est pas. Ce que réfute la présidente du refuge de Bergerac. L'homme est d'autant plus en colère qu'il affirme que le refuge a fait castrer l'animal avant son adoption, ce qui est également interdit. 

Aujourd'hui, Pascal Salasc réclame le droit de rencontrer ce chien pour prouver qu'il s'agit bien du sien. Il se dit même prêt à faire pratiquer des tests ADN à partir des poils qu'il a récupéré sur la brosse de Gribouille. En attendant l'audience, il a organisé une manifestation devant la SPA de Bergerac le 7 septembre prochain et mis en ligne une pétition sur le site change.org

Choix de la station

France Bleu