Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dordogne : la boulangère qui a poignardé son compagnon condamnée à 8 mois de prison ferme

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Périgord

Le tribunal correctionnel de Bergerac a condamné ce lundi 22 mars une Périgourdine a huit mois de prison ferme. La femme est partie en prison mais fait appel. Elle avait poignardé et blessé son compagnon à l'abdomen.

La salle d'audience du tribunal de Bergerac
La salle d'audience du tribunal de Bergerac © Radio France - Valérie Déjean

La boulangère accusée d'avoir donné un coup de couteau à son compagnon a été condamnée ce lundi 22 mars à huit mois de prison ferme. Le couple s'était disputé à Saint-Sauveur dans le fournil le 1er février dernier après avoir bu. La Périgourdine de 62 ans avait poignardée son compagnon. L'homme de 45 ans avait été blessé au foie. Alors que son compagnon l'insultait, l'humiliait, la boulangère assure avoir cherché un ustensile pour se défendre. Elle sort alors un couteau d'un tiroir et porte le coup à son compagnon. Après son arrestation, la Périgourdine avait plus de deux grammes d'alcool par litre de sang. 

Questionnée, la boulangère explique avoir eu peur mais regrette son geste. Lors de l'audience, le procureur a demandé deux ans de prison dont six mois avec sursis avec obligation de soins. Le tribunal a décidé d'une peine de huit mois de prison ferme. Elle est partie directement en prison à la maison d'arrêt de Gradignan. 

La boulangère de 62 ans a décidé de faire appel. 

Une sentence particulièrement "sévère"

L'audience fût très éprouvante pour la femme qui n'a pas été ménagée par le tribunal et surtout par son président. La sentence a surpris son avocat : "La décision est terrible" assure maître Nicolas Morand-Monteil, du barreau de Bergerac. "Elle est victime du harcèlement de son mari, d'une famille violente et de l'alcoolisme. Ce n'est pas une délinquante c'est une victime de rabaissement, d'insultes" poursuit l'avocat. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess