Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : la permanence du député Philippe Chassaing vandalisée

vendredi 20 avril 2018 à 10:03 Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord

La permanence du député "La République en Marche" Philippe Chassaing a été vandalisée dans la nuit du jeudi 19 avril au vendredi 20 avril. De la peinture a été jetée sur les vitres et des insultes inscrites sur les vitres.

La permanence du député a été vandalisée dans la nuit de jeudi à vendredi.
La permanence du député a été vandalisée dans la nuit de jeudi à vendredi. © Radio France - Valerie Dejean

Mauvaise surprise ce vendredi matin pour le député Philippe Chassaing et son équipe parlementaire. Le député La République en Marche de la première circonscription de la Dordogne a découvert sa permanence de Périgueux vandalisée.

De la peinture rouge a été jetée sur les vitres.  - Radio France
De la peinture rouge a été jetée sur les vitres. © Radio France - Valérie Dejean

"Crevez, on vous pendra tous", "ordure" ou encore "Solidarité avec Seysses" (une référence aux récents événements de Toulouse) ont été inscrits en peinture rose sur les vitres du local et de la peinture rouge a été jetée. L'action n'a pas été revendiquée. "On ne pense pas que cela a un rapport avec les mouvements actuels comme celui des cheminots," indique-t-on du côté de son équipe. Le député s'est rendu ce matin au commissariat pour porter plainte. Des relevés ont été effectués par la police. "Je trouve cela désolant. Je suis sidéré, je ne comprends pas que l'on puisse agir ainsi," confie Philippe Chassaing.

En fin de matinée, le président du groupe "La République en Marche" à l'Assemblée Nationale, Richard Ferrand a apporté son soutien au député sur Twitter.