Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : l'aristocrate hongroise retrouvée morte était une proche de la famille de Habsbourg

vendredi 31 mars 2017 à 17:18 Par Julien Balidas, France Bleu Périgord et France Bleu

Plus d'un an après sa disparition, Ildiko Peers de Nieuwburgh, une Hongroise habitante de Mauzac-et-Grand-Castang en Dordogne, a été retrouvée morte dans la nuit de jeudi à vendredi. Cette aristocrate, proche de la famille de Habsbourg, ne passait pas inaperçue dans la campagne périgourdine.

Ildiko Peers de Nieuwburgh.
Ildiko Peers de Nieuwburgh. - Gendarmerie.

Dordogne, France

Ildiko Peers de Nieuwburgh, 76 ans, a été retrouvée morte dans la nuit de jeudi à vendredi, après avoir été portée disparue pendant plus d'un an. Cette habitante de Mauzac-et-Grand-Castang en Dordogne était d'origine hongroise. Dans ce coin de la campagne périgourdine, prés de Bergerac, cette aristocrate ne passait pas inaperçue. On l'appelait communément la comtesse. Au volant de sa voiture, une 206 SW grise, coiffée d'un chapeau en feutre, elle portait toujours des gants blancs. C'est d'ailleurs en voiture qu'elle se faisait souvent remarquer. Un jour, selon un voisin, elle aurait même fait plusieurs kilomètres avec un pneu crevé. Elle demandait souvent de l'aide pour se garer.

Une habituée des établissements de luxe du Périgord

Cette aristocrate de 76 ans avait ses habitudes à Lalinde. Elle mangeait au moins une fois par semaine au restaurant "Le Périgord" en face de la mairie. Ildiko Peers de Nieuwburgh fréquentait aussi régulièrement des établissements haut de gamme du secteur. On pouvait la croiser au restaurant étoilé Le vieux Logis à Trémolat ou à la Métairie, un hôtel-restaurant 4 étoiles juste à côté de chez elle. Le personnel décrit une femme exigeante compte-tenu de sa situation sociale, mais pas désagréable et assez discrète. Elle était toujours seule, personne ne l'a vue en compagnie de membres de la famille ou d'amis. L'été, il lui arrivait de louer une chambre à des cuisiniers saisonniers qui travaillaient dans le secteur.

Proche de la famille des Habsbourg

Dans la région, personne ou presque ne connaissait l'histoire de cette septuagénaire " originale". il y a trois ans pourtant, l'aristocrate hongroise née à Budapest en 1939 avait fait parler d'elle. Elle avait fait don à la cathédrale Saint-Front de Périgueux d'une relique de Charles 1er,, empereur d'Autriche-Hongrie béatifié en 2004. La cérémonie s'était déroulée en la présence du petit-fils de l'empereur, l'archiduc Karl-Peter de Habsbourg.

Ildiko Peers de Nieuwburgh née Von Kapuvany avait quitté son pays très jeune pendant la guerre pour rejoindre la Belgique. Cette aristocrate hongroise était très proche de la famille de Habsbourg et c'est d'ailleurs l'archiduc Rodolphe de Habsbourg qui lui avait donné cette relique du dernier empereur autrichien. Elle avait épousé un aristocrate belge de la famille Peers de Nieuwburgh, dont elle était aujourd'hui séparée. Elle était installée en Dordogne depuis plusieurs années.

RELIRE / Dordogne : la septuagénaire hongroise portée disparue depuis un an retrouvée morte enterrée sous une bâche