Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dordogne : la propriétaire d'une chatte tuée par deux molosses porte plainte contre ses voisins

-
Par , France Bleu Périgord, France Bleu

Pitaya, la chatte de Sarah, est morte sous les crocs de deux dogues argentins dans une commune périgourdine à proximité de la Charente. Depuis, elle demande à ce que ces chiens soient enfermés dans un enclos pour garantir la sécurité des villageois.

Pitaya avait 14 mois quand elle a été tuée par les dogues argentins
Pitaya avait 14 mois quand elle a été tuée par les dogues argentins - Sarah

C'est arrivé en plein confinement. Le 3 mai 2020, Sarah, 23 ans, prend un café dans sa maison de Champagne-et-Fontaine quand elle entend sa mère crier dans le jardin. Elle sort et voit son chat dans la gueule d'un des deux dogues argentins qui se sont introduits sur sa propriété. Aussitôt, l'étudiante en écologie poursuit le chien dans la forêt jusqu'au bourg du village. Mais quand elle arrive enfin à récupérer Pitaya avec l'aide d'un voisin, la chatte est déjà morte.  

Sarah porte plainte quatre jours plus tard sur internet avant de se rendre à la gendarmerie à la fin du confinement. Deux plaintes ont été enregistrées : la sienne pour la mort de sa chatte ainsi que celle de sa mère, Catherine, pour blessures involontaires n'excédant pas trois mois par agression d'un chien : sa maman a eu une côte cassée lors de l'attaque, l'un des chiens lui a sauté dessus. 

Les chiens ont sorti les crocs une deuxième fois

Une mise en demeure, signée par François Giroux, l'ancien maire de la commune, a été remise en main propre aux propriétaires des chiens. Datée du 7 mai 2020, elle stipule que des modalités de garde adaptées doivent être mises en place : enclos renforcé et/ou électrifié de façon à ne plus jamais laisser les animaux s'échapper. La mise en demeure ordonne aux maîtres des dogues argentins de "prendre toutes les mesures nécessaires de façon à ne pas reproduire cette situation dangereuse." 

Une deuxième attaque a pourtant eu lieu treize jours plus tard, le 16 mai 2020, de nouveau dans le jardin de Sarah. C'est le chat de sa mère qui a été attaqué cette fois. Blessé, il a pu être sauvé grâce à une intervention chirurgicale. 

Avec un sourire narquois, elle m'a répondu que ce n'était pas de sa faute. 

Selon la victime, l'actuel maire de la commune n'a pas vérifié si les maîtres ont effectivement installé un enclos pour éviter que leur couple de chiens ne se sauvent. 

Ce que Sarah reproche à ses voisins, c'est principalement leur manque d'empathie. Quelques minutes après l'attaque, l'étudiante en écologie a croisé la propriétaire des deux dogues : "Avec un sourire narquois, elle m'a répondu que ce n'était pas de sa faute parce que les chiens se sont échappés" témoigne l'étudiante en écologie. 

Sarah, la propriétaire de Pitaya, est choquée par le manque d'empathie de ses voisins

La propriétaire de Pitaya a lancé une pétition en ligne afin que les responsables soient entendus par les autorités. Elle demande que ses plaintes soient prises en considération et la mise en demeure appliquée.  

De son côté, la propriétaire des deux Dogues Argentins se défend. Elle affirme qu'il n'y a jamais eu de deuxième attaque. Une clôture électrique a depuis été installée à l'endroit où les chiens ont réussi à sortir. Elle annonce avoir porté plainte contre ses voisines pour coups et blessures après une violente altercation le jour de la mort de Pitaya. Elle souhaite également déposer une main courante pour harcèlement.   

Choix de la station

À venir dansDanssecondess