Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : le combat d'une journaliste périgourdine pour récupérer ses enfants au Liban

vendredi 9 novembre 2018 à 17:57 Par Valérie Dejean, France Bleu Périgord et France Bleu

Clémence Rouher, journaliste à France 3 Périgords, est séparée de ses deux filles depuis le 8 avril. Leur père les a récupérées à la sortie de l'école, avant de les emmener avec lui au Liban.

Clemence Rouher et ses deux filles , enlevées le 8 avril dernier .
Clemence Rouher et ses deux filles , enlevées le 8 avril dernier . - C.R

Dordogne, France

Clémence Rouher, journaliste à France 3 Périgords, est aujourd'hui privée de ses deux enfants, Yasmine et Salomé. Les deux petites filles âgées de 12 et 9 ans ont été enlevées par leur père libanais le 8 avril dernier. Profitant d'un droit de garde, il les a ramenées à Beyrouth où elles sont depuis. Leur maman, journaliste à France 3 Périgords, bataille depuis pour les récupérer, en vain. Pourtant leur père a fait l'objet de plusieurs condamnations (deux et quatre mois de prison ferme). Il est sous le coup d'un mandat d'arrêt international pour enlèvement et séquestration. Dès le mois de février 2012, les fillettes ont été protégées par une interdiction de sortie du territoire. Cela n'a pas suffi. 

Clémence Rouher était l'invitée de France Bleu Périgord ce vendredi matin. "Depuis 2012 je parle du risque d'enlèvement de mes enfants et on y est. On en est là, et en fait mes enfants n'ont pas été protégés".

La jeune femme a actionné de nombreux leviers, en vain. Elle est aujourd'hui à Beyrouth pour voir Yasmine et Salomé quelques heures par semaine. C'est tout ce que lui a accordé le tribunal ecclésiastique qui a la main sur cette affaire pour le moment. Elle reste donc au Liban.

"Je suis allée trop loin dans mes démarches et je ne peux pas imaginer ne pas voir mes enfants, comme je les vois à l'heure actuelle. Je pense que toute mère peut comprendre ça".

La jeune femme actionne les derniers recours qui lui restent, notamment auprès de la justice civile libanaise, et survit à Beyrouth grâce aux dons récoltés via une cagnotte participative. De leurs côtés, ses collègues de France 3 lui ont offert des jours de congés ou de RTT.

ECOUTER - Clémence Rouher invitée de France Bleu Périgord