Faits divers – Justice

Dordogne : le cyclisme périgourdin rend hommage à Joël, décédé samedi

Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord mardi 1 novembre 2016 à 18:09

Sur Internet plusieurs sites liés au cyclisme ont rendu hommage à Joël.
Sur Internet plusieurs sites liés au cyclisme ont rendu hommage à Joël. - Capture d'écran Facebook

Les obsèques du jeune Joël décédé samedi après-midi dans un accident de la route auront lieu ce mercredi 2 novembre. Dans le monde du cyclisme son accident a suscité une vive émotion.

"Toutes nos condoléances à sa famille", "Repose en paix petit ange". Depuis dimanche, les pages Facebook et les sites internet consacrés au cyclisme rendent hommage à Joël, cet adolescent périgourdin mort dans un accident de la route alors qu'il était sur son vélo.

"C'était le fils qu'on voudrait avoir" - Jean-Jacques, licencié au club de vélo de Mussidan

Les obsèques du jeune mussidanais auront lieu ce mercredi 2 novembre à 14h30 en l'église de Saint-Médard-de-Mussidan. Le club cycliste "Sport Avenir Mussidanais" que l'adolescent avait intégré il y a un an sera bien représenté. A 68 ans, Jean-Jacques est sous le choc après le décès de Joël. Il était avec lui quelques minutes avant l'accident. "On était parti de Saint-Astier et comme j'habite à Douzillac j'ai laissé Joël et notre copain continuer leur chemin. Le copain m'a appelé aussitôt après l'accident, je me suis rendu sur place..." raconte le sexagénaire qui ne tarit pas d'éloges à l'égard du jeune homme. "C'est un garçon qui sort d'une bonne famille, bien élevé, correct, le fils qu'on voudrait avoir."

"Pour l'instant je n'envisage pas de remonter sur un vélo" - Jean-Jacques, licencié au club de vélo de Mussidan

Jean-Jacques considérait même le jeune cycliste comme son petit-fils. Il y a un an, à la demande du président du club il l'a pris sous aile. Chaque mercredi, vendredi et samedi ils roulaient ensemble et quand ils ne se voyaient pas, Joël téléphonait à Jean-Claude pour lui parler du quotidien. "J'ai essayé de le faire progresser et j'y suis arrivé. Il était passionné, il écoutait bien mais il se sous-estimait. Ça va être très dur sans lui, pour l'instant je n'envisage pas de remonter sur un vélo," conclut Jean-Jacques.

"Je n'envisage pas de remonter sur un vélo tout de suite"

Il y a un autre milieu où Joël avait su se faire apprécier, celui du modélisme. Son père Gilles, en fauteuil roulant après avoir été victime d'un accident de la route lui aussi était inscrit au club de modélisme de Bergerac. "Joël l'aidait à porter son matériel notamment. Il était proche de son père. Ensemble ils partageaient les victoires comme les défaites, c'était un gentil garçon" se souvient Jean-Jacques, le président du club.