Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : le long calvaire d'une lycéenne de Terrasson devant le tribunal de Périgueux

lundi 8 janvier 2018 à 21:22 Par Valérie Dejean, France Bleu Périgord

Le tribunal correctionnel de Périgueux jugeait ce lundi trois jeunes femmes et deux jeunes gens poursuivis pour vol, violences et agression sexuelle. Ils avaient martyrisé une jeune lycéenne le 26 janvier 2014 à Terrasson.

Le palais de justice de Perigueux
Le palais de justice de Perigueux © Radio France

Terrasson-Lavilledieu, France

Le tribunal correctionnel de Périgueux jugeait ce lundi trois jeunes femmes de 22 et 26 ans, ainsi que deux jeunes de 24 et 30 ans accusés de vol, violences et agressions sexuelles pour trois d'entre eux. Les jeunes femmes s'en étaient pris à une lycéenne qu'elles avaient piégée avant de s'acharner sur elle. Les faits s'étaient déroulés le 26 janvier à Terrasson.

C'est immonde ce que vous lui avez fait " — Maitre Nathalie Landon-avocate

L'avocate de la partie civile dénonce la lâcheté de cette violence s'exerçant sur une plus faible. Le récit des violences et des humiliations subies par la jeune femme fait froid dans le dos.

Crachats, coups, gifles...

Elles lui crachent dessus, puis lui renversent divers aliments sur la tête. Elles lui brûlent les cheveux avec un briquet. Elles la giflent, donnent des coups de pieds, de poings, utilisent un torchon comme un fouet, lui barbouillent le visage avec du rouge à lèvres, lui écrasent sur la figure la couche souillée d'un bébé. Et comme si cela ne suffisait pas, elles lui enlèvent son pantalon et son boxer, lui maintenant les pieds et les poings, la frappent avec un bâton en plastique avant de menacer de la violer. Le calvaire de la victime va durer de longues heures, elle a beau supplier et pleurer, rien n'y fait. 

Cette scène extrêmement violente est filmée sur un téléphone portable. On en verra quelques extraits à l'audience. Les jeunes femmes prennent la pose, et tapent avec une régularité de métronome  Devant le tribunal, elles pleurent, semblant prendre conscience de l'horreur qu'elles ont fait subir à cette jeune fille de leur lycée, choisie pour cible parce qu'elle était faible. L'avocate de la victime, Maitre Landon évoque l'effet de groupe pour tenter de comprendre la cruauté de ces filles lancées comme une meute sur leur souffre-douleur.

Deux ans d'emprisonnement avec sursis

Pour atténuer la gravité des faits, leur avocat, Maitre Fabien Marsat, revient sur l'usage des stupéfiants et de l'alcool qui auraient pu altérer leur discernement ce soir-là . 

Les principales auteures de ces violences ont été condamnées à deux ans de prison avec sursis, et 105 heures de travail d'intérêt général. La troisième, qui n'avait pas participé à l'agression sexuelle, est condamnée à 18 mois de prison avec sursis et 105 heures de travail d'intérêt général. Les deux garçons qui n'avaient pas su ou pas voulu les arrêter dans ce déferlement de violence sont condamnés respectivement à cinq et six mois de prison avec sursis.