Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dordogne : le maire de la Roque-Gageac Jérôme Peyrat condamné à une amende de 3000 euros avec sursis

-
Par , France Bleu Périgord

Le tribunal correctionnel d'Angoulême a condamné ce vendredi le maire de la Roque-Gageac à 3000 euros d'amende avec sursis. L'ancien conseiller du président de la République a été reconnu coupable de violences à l'encontre de son ancienne compagne.

Le maire de la Roque Gageac Jérôme Peyrat lors de son arrivée au tribunal judiciaire d’Angoulême
Le maire de la Roque Gageac Jérôme Peyrat lors de son arrivée au tribunal judiciaire d’Angoulême © Radio France - Emmanuel Claverie

Le tribunal correctionnel d'Angoulême a condamné ce vendredi 18 septembre Jérôme Peyrat à une amende de 3000 euros avec sursis. Le maire de la Roque-Gageac et ancien conseiller d'Emmanuel Macron devra également verser 2000 euros de dommages et intérêts à son ex-compagne qui l'accusait de violences volontaires. Lors de l'audience le 4 septembre dernier, la vice-procureur avait requis une amende de 3000 euros, sans sursis. 

Son avocate avait plaidé la relaxe

Devant le tribunal, l'élu avait expliqué "dans un contexte de tension extrême, n'avoir jamais eu de geste volontaire,". Il s'était défendu en disant avoir voulu "maîtriser" sa compagne de l'époque, après qu'elle avait jeté par la fenêtre de sa voiture ses affaires et tenté d'arracher la clé de contact au risque d'avoir un accident. La victime de son côté l'accusait de l'avoir frappée au visage et tenté de l'étrangler. 

L'avocate de Jérôme Peyrat, dont le casier judiciaire était vierge à ce jour, avait plaidé la relaxe estimant que les faits n'étaient pas caractérisés.  En janvier dernier, l'ouverture d'une enquête avait contraint le conseiller d'Emmanuel Macron à démissionner de ses fonctions.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess