Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : le père qui avait suspendu son bébé dans le vide condamné à 10 mois de prison ferme

Le tribunal correctionnel de Périgueux a condamné ce mardi le père qui avait suspendu son bébé dans le vide à 10 mois de prison ferme. Le 6 septembre dernier, cet habitant de Mareuil-sur-Belle en Dordogne avait suspendu son bébé de trois mois dans le vide depuis le premier étage de son appartement.

Palais de justice de Périgueux
Palais de justice de Périgueux © Radio France - Emmanuel Claverie

24000 Périgueux, France

Le tribunal correctionnel de Périgueux a donc décidé d'infliger de la prison ferme à cet habitant de Mareuil-sur-Belle qui avait suspendu son bébé dans le vide le 06 septembre dernier. Le tribunal a condamné ce mardi cet homme de 34 ans à 30 mois de prison dont 20 mois avec un sursis mis à l'épreuve de trois ans. L'individu a également l'obligation de se faire soigner pour son addiction à l'alcool et son instabilité psychologique. Il a été placé sous mandat de dépôt à l'issu de l'audience.

Le 06 septembre dernier, ce père de famille avait suspendu son bébé de trois mois dans le vide depuis le premier étage de son appartement. Alors qu'il avait consommé de l'alcool et de la drogue, il s'en était pris verbalement aux voisins avant de jeter par la fenêtre les objets de son appartement dont le four à micro-ondes. L'homme de 33 ans s'était ensuite suspendu le long de la fenêtre, à près de 3 mètres du sol, avant d'attraper son bébé de 3 mois et de menacer de sauter avec lui.

Psychologiquement fragile

A la barre, l'homme de 33 ans a presque l'air perdu. Il est très calme pendant toute l'audience et semble ému lorsque le juge retrace son passé. Fils d'un père alcoolique, il subit quotidiennement les coups, échoue à l'école et à l'armée où il ne restera que 2 ans. Sa dépendance à l'alcool débute dès l'adolescence à ses 14 ans.

Il l'explique : l'alcool le fait "vriller", mais habituellement c'est contre lui-même. Il lui est notamment arrivé de se poignarder l'avant-bras, ou de se jeter de l'acide sur la main. Le soir des faits, c'est lorsque sa compagne lui annonce qu'elle réfléchit à se séparer de lui qu'il "pète un plomb". Il parle alors d'un appel au secours et lit la lettre d'excuse qu'il a rédigée en détention. 

Son avocate rappelle alors que malgré son profil psychologique instable et ses addictions, aucun des 14 jugements que comporte son casier n'a été accompagné d'obligation de soin. Cette fois, la justice l'y oblige, pendant 3 ans. Il devra voir une psychologue et soigner sa dépendance à l'alcool.  Une condamnation qui est en fait "une chance à saisir" précise le juge.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu