Faits divers – Justice

Dordogne : les dossiers de 26 migrants mineurs refusés par l'administration britannique

Par Morgane Schertzinger, France Bleu Périgord lundi 19 décembre 2016 à 19:58

39 migrants mineurs étaient arrivés en Dordogne le 3 novembre 2016, de la Jungle de Calais.
39 migrants mineurs étaient arrivés en Dordogne le 3 novembre 2016, de la Jungle de Calais. © Radio France - Antoine Balandra - France Bleu Périgord

Les dossiers de 26 migrants mineurs, hébergés à Montignac en Dordogne, viennent d'être refusés par l'administration britannique. Ils étaient arrivés dans le département début novembre, directement de la Jungle de Calais.

Ils passeront Noël en Dordogne. Vingt-six migrants mineurs, âgés entre 12 et 17 ans, termineront l'année 2017 à Montignac, dans le centre de vacances du manoir de Chambon, où ils sont hébergés depuis le 3 novembre dernier.

►►► LIRE AUSSI : "La jungle, c'était très dur", dit un jeune mineur afghan arrivé en Dordogne

Rejoindre l'Angleterre à tout prix

Leurs demandes de départ pour l'Angleterre viennent d'être refusées par l'administration britannique. Leurs dossiers n'étaient pas suffisamment solides. Pour demander l'asile outre-Manche, les migrants doivent justifier d'un rapprochement familial.

Or, selon l'administration britannique, ces dossiers ne présentaient pas de véritables arguments. Soit le lien familial est trop éloigné - les migrants veulent rejoindre un oncle ou une tante en Angleterre -, soit ils n'ont pas de famille là-bas, soit leurs parents vivent outre-Manche mais n'ont pas les moyens matériels de les accueillir.

L'Angleterre a donc préféré refuser l'asile à ces 26 migrants mineurs, la plupart originaires d'Afghanistan. Pourtant, le 30 novembre dernier, elle avait donné son feu vert à treize jeunes migrants hébergés à Montignac. Ils avaient ainsi pu quitter la France pour rejoindre leur Eldorado.

"Certains de ces jeunes sont obsédés par l'Angleterre", raconte le sous-préfet de Sarlat, Jean-Baptiste Constant. "Malgré le refus de l'Angleterre, certains veulent continuer et gardent en tête l'idée de partir là-bas."

Un réexamen des dossiers

L'Etat français va donc insister et demander à ce que ces 26 dossiers soient réexaminés. S'ils venaient à essuyer un nouveau refus, ces jeunes pourraient demander l'asile en France. Pour ceux qui seront toujours mineur à ce moment-là, en 2017, ils seront placés sous la protection sociale de l'aide à l'enfance. Ceux qui auront passé la barre des 18 ans, seront envoyés dans l'un des centres d'accueil et d'orientation réservés aux migrants (CAO).

En attendant que se décide leur avenir, les jeunes migrants patientent au manoir de Chambon, près de Montignac. Ils pourront y rester jusqu'à la mi-février 2017.

►►► LIRE AUSSI : La Dordogne va accueillir 40 migrants mineurs venus de Calais