Faits divers – Justice

Dordogne : premier échec pour l'application de la contrainte pénale

France Bleu Périgord vendredi 3 avril 2015 à 5:56

Christiane Taubira, à la tribune de l'Assemblée pour défendre la réforme pénale

Condamné à une simple contrainte pénale le 26 mars pour avoir cambriolé la clinique de Bergerac, un jeune de 23 ans s'est retrouvé devant les juges une semaine plus tard. Cette fois il a écopé d'un an de prison ferme. C'est un premier échec pour la contrainte pénale, voulue par la ministre de la Justice Christiane Taubira.

Pour sa première application au tribunal de Bergerac, la contrainte pénale a essuyé un échec. Le jeudi 26 mars, un jeune Bergeracois de 23 ans été condamné à deux ans de contrainte pénale pour avoir cambriolé la clinique Pasteur de Bergerac. Cette mesure instaurée par la garde des Sceaux, Christiane Taubira lui proposait une alternative à la prison. À l'époque la procureure de Bergerac, Frédérique Dubost estimait qu'il s'agissait de la meilleure réponse à apporter aux méfaits de ce jeune délinquant.

Ce jeudi 2 avril c'est pourtant ce même jeune homme qui s'est présenté à la barre du tribunal pour une agression. Mardi 31 mars, avec deux autres complices de 16 et 25 ans, sous la contrainte, il a forcé un homme à retirer 570 euros .  "Il faut arrêter de brandir des sabres de bois, il faut que la sanction tombe",  s'est emporté le procureur Gérard Charollois lors de l'audience. Résultat, le jeune a été condamné à un an de prison ferme.