Faits divers – Justice

Dordogne : relaxe pour le directeur du collège-lycée Saint-Joseph de Sarlat

Par Faouzi Tritah, France Bleu Périgord mardi 17 janvier 2017 à 21:09

Illustration
Illustration © Maxppp - Maxppp

Le directeur du lycée-collège Saint-Joseph de Sarlat a été relaxé par le tribunal correctionnel de Bergerac. Il était poursuivi pour non dénonciation après la découverte d'une relation présumée entre un professeur d'histoire-géographie de 39 ans et une élève de 13 ans et demi dans l'établissement.

Le tribunal correctionnel de Bergerac a relaxé ce mardi le directeur du lycée-collège Saint-Joseph de Sarlat. Il était poursuivi pour non dénonciation après la découverte d'une affaire qui a choqué l'établissement et au-delà. Une enquête judiciaire avait été ouverte par le parquet qui soupçonne entre le 1er mars 2015 et le 5 juin 2015 une relation entre un professeur d'histoire-géographie de 39 ans qui avait le statut de remplaçant et une élève de 5e de 13 ans et demi.

SMS, photos équivoques, rendez-vous, l'affaire doit être jugée en 2017, le professeur en question a été suspendu et il est présumé innocent. Mais durant l'audience il a beaucoup été question de cette affaire et pour cause, c'est le directeur de l'établissement qui était à la barre pour non-dénonciation.

Le directeur de l'établissement a toujours clamé son innocence

Durant l'audience, le président a rappelé que l'affaire avait réellement éclaté au grand jour le 22 mai 2015 lorsque plusieurs enseignants avaient décidé, après un voyage scolaire quelques jours plus tôt, de signaler le comportement suspect du professeur lors de ce voyage en Charente-Maritime, où "_la relation dépassait le cadre de professeur-élève."_Tout l'enjeu a été de savoir si le directeur de l'établissement avait pu avoir vent de ces agissements avant cette date.

Le président du tribunal donnera plusieurs exemples de faits signalés par des membres de l'établissement, dont une dispute entre la victime de 13 ans et demi et une camarade. Cette camarade qui, devant témoin, la gifle et lui reproche la relation avec ce professeur. Des élèves qui racontent qu'ils devaient sortir du CDI pour laisser le professeur d'histoire-géographie et l'adolescente de 13 ans et demi seuls et donc le comportement plus que déplacé de l'enseignant signalé par des collègues lors du voyage scolaire en Charente-Maritime.

Le directeur restera sur la même ligne, à savoir que tout ne lui avait pas été remonté, qu'il manquait d'éléments, puis de dire une seule fois en répondant au président qu’effectivement il aurait "peut-être pu réagir." Un directeur soutenu par une pétition de 43 signatures, signée entre autres par des parents d'élèves.

Une relaxe en attendant le procès de l'enseignant

L'avocat bordelais du directeur du collège-lycée de Sarlat qui avait plaidé la relaxe pour son client a eu gain de cause. "Dans la vie d'un établissement où il y a 300 élèves, il se passe des choses tous les jours, on ne peut pas réagir en permanence et alerter le rectorat, le directeur d'académie ou le procureur et dénoncer en permanence." Le père de la jeune fille qui était en cinquième à l'époque des faits a crié "je suis dégoûté." Son avocate Nathalie Landon a du mal à croire que le directeur ignorait tout. "*[Mon client] en veut beaucoup au directeur de ne pas avoir tiré la sonnette d'alarme alors que deux personnes avaient tiré la sonnette d'alarme depuis deux mois."*