Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : sept obus et munitions de la première guerre mondiale pêchés à Annesse-et-Beaulieu

-
Par , France Bleu Périgord, France Bleu

De drôles de poissons ont été pêchés à Annesse-et-Beaulieu au début du mois de juillet. Un pêcheur à l'aimant a remonté des obus et des munitions à fusils qui datent de la Première guerre mondiale.

Gendarmerie (photo illustration)
Gendarmerie (photo illustration) © Radio France - Victor Vasseur

Annesse-et-Beaulieu, France

C'est une pêche que l'on peut qualifier de "tendance" et qui réserve de drôles de surprise à ces pratiquants, la pêche a l'aimant a permis de retrouver sept obus et munitions de la Première guerre mondiale à Annesse-et-Beaulieu. 

Des démineurs de Bordeaux sur place

Un pêcheur a remonté les engins le 30 juin dernier mais on ne l'apprend que maintenant. Il a contacté la gendarmerie car les explosifs bien que rouillés avaient encore les mèches d'allumage. 

La brigade de gendarmerie de Saint-Astier prévient la mairie et la préfecture de la Dordogne. Le lendemain, le 1er juillet, des démineurs de Bordeaux viennent sur place pour faire exploser les obus et les munitions sur un terrain isolé. Pour cela, un périmètre de sécurité a été mis en place par les gendarmes de Saint-Astier. 

En cas de découverte similaire, il faut appeler les gendarmes

Quelques jours plus tard, le 15 juillet, un pêcheur a remonté un obus dans l'Isle à Périgueux. Les gendarmes de la Dordogne rappelle que si vous trouvez des obus ou des munitions, il faut tout de suite les appeler et éviter de manipuler ces engins qui sont toujours dangereux, même des dizaines d'années après.