Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : trois notaires mis en examen pour abus de faiblesse

vendredi 21 août 2015 à 18:25 France Bleu Périgord

Trois notaires périgourdins ont été mis en examen, soupçonnés d'avoir abusé de la faiblesse d'un couple de personnes âgées.

Notaires illustration
Notaires illustration © Fotolia.com - pandore

Maîtres Philippe Landes et son fils Romain de Mussidan, et maître Gilles Giroux, de Ribérac, trois notaires périgourdins ont été mis en examen.Tous les trois sont accusés d'abus de faiblesse sur un couple de retraités.

Il y a quatre ans, Maxime, le fils de Maître Philippe Landes achète en viager, l'appartement d'un couple de retraités clients du cabinet familial. Un logement situé à Saint-Germain-en-Laye dans la banlieue chic de Paris.

En attendant le décès des propriétaires, Maxime Landes leur verse une rente de 750 euros, tous les mois. Une somme dérisoire par rapport au prix du marché, et qui intrigue les policiers bordelais.

Deux certificats médicaux pour souligner la vulnérabilité des époux

Les enquêteurs accusent les trois notaires impliqués dans la vente d'avoir profité de la faiblesse du couple de retraités pour leur faire accepter cette transaction . Pour cela, ils s'appuient sur deux certificats médicaux différents qui soulignent la "vulnérabilité des époux" .

Le dossier est maintenant entre les mains d'un juge d'instruction. Les trois notaires, eux, sont interdits d'exercice à titre provisoire . Quant aux deux retraités, ils sont toujours vivants et ils continuent de toucher 750 euros par mois pour leur appartement.