Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dordogne : un automobiliste relaxé après avoir renversé un piéton

-
Par , , France Bleu Périgord

Le tribunal correctionnel de Bergerac a relaxé un jeune homme de 20 ans. Il y a deux ans, il a renversé un piéton à Sarlat. La victime avait bu et avait traversé en dehors des passages cloutés.

Le tribunal de Bergerac
Le tribunal de Bergerac © Radio France - France Bleu Périgord

Le tribunal correctionnel de Bergerac a relaxé un jeune automobiliste qui avait renversé un piéton à Sarlat en 2019. Le procès s'est tenu ce mardi 26 janvier soit deux ans après l'accident. 

Le piéton, un homme de 66 ans avait été blessé à la tête. Il a passé six mois à l'hôpital pour un traumatisme cranien. Malgré la gravité des blessures et le code de la route qui protège le piéton "qui a quoiqu'il arrive toujours la priorité sur la chaussée" les juges ont estimé que le conducteur n'était pas responsable. Le procureur a déclaré "les piétons n'ont pas tous les droits, je suis effaré par le comportement de certains piétons, certains cyclistes ou conducteurs de trottinettes". 

Le soir de l'accident, à Sarlat, tous les témoins décrivent un piéton qui traverse dans le noir, sans regarder. Le piéton a plus de trois grammes d'alcool dans le sang. Le conducteur explique qu'il a été surpris parce que l'homme était caché, pas dans ses phares. Il explique que ce soir-là, il pleuvait et qu'il était loin du passage piéton. Après l'accident, le conducteur raconte avoir appelé les secours et avoir pris régulièrement des nouvelles de la victime. 

Le procureur a également rappelé au cours du procès que le conducteur de 20 ans roulait à 30 km / heure et qu'il n'y pas eu de faute d'imprudence, ni de faute d'inattention. L'avocate du jeune homme a également plaidé la relaxe ce qui a été ensuite décidé par le tribunal de Bergerac. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess