Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : un détenu de la prison de Neuvic, en cavale pendant 4 ans, condamné à 5 mois de prison

mercredi 29 août 2018 à 20:18 Par Emeline Ferry, France Bleu Périgord

L'homme de 31 ans s'était échappé en octobre 2014. Interpellé en Espagne en avril dernier, il comparaissait devant le tribunal correctionnel de Périgueux ce mercredi 29 août.

Dans les couloirs de la partie maison d'arrêt de la prison avant l'ouverture
Dans les couloirs de la partie maison d'arrêt de la prison avant l'ouverture © Radio France - Florence Beaudet

Dordogne, France

"Je suis parti, j'ai refait ma vie". Devant le tribunal correctionnel de Périgueux, cet homme de 31 ans raconte s'être évadé "sur un coup de tête" il y a quatre ans. Le 27 octobre 2014, ce Girondin, détenu pour conduite sans permis et rébellion, bénéficie d'une permission de sortie pour préparer la fin de sa détention. Mais il décide de se faire la belle et ne rentre pas au centre de détention de Neuvic-sur-l'Isle le soir.

Une vie de fantôme

"Je vivais mal mon incarcération", raconte l'homme lors de l'audience. Il s'enfuit donc vers l'Espagne, où il mène ce qu'il appelle "une vie de fantôme" pendant trois ans. Il travaille clandestinement dans des restaurants espagnols, dort chez des amis ou à l'hôtel. Il rencontre même une jeune femme avec qui il a une petite fille pendant sa cavale. "Je lui avais dit que j'étais totalement libre, elle ne savait pas que je m'étais évadé", raconte-t-il dans le box des prévenus.

J'ai passé plus de temps en prison que dehors, c'est fini les conneries. Maintenant, je veux m'occuper de ma femme et de ma fille

Pour son avocate, maître Sylvie Reulet, on ne peut pas vraiment parler d'évasion. "Ce n'est pas Rédoine Faïd ou Antonio Ferrara. C'est seulement un homme qui a été happé par la liberté", plaide-t-elle.

L'homme est finalement condamné à cinq  mois d'emprisonnement, qui s'ajoutent à sa peine actuelle. Il devrait sortir en juin 2019.