Faits divers – Justice

Dordogne : un détenu de Neuvic condamné à six mois de prison pour provocation au terrorisme

Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord mercredi 30 décembre 2015 à 19:26

Cellule de prison. (Illustration)
Cellule de prison. (Illustration) © Radio France

Un détenu de 26 ans de la prison de Neuvic a été condamné à six mois de prison ferme ce mercredi 30 décembre au tribunal correctionnel de Périgueux. Il y a quelques jours il avait appelé d'autres prisonniers à tuer des surveillants.

L'ambiance est très tendue en ce moment à la prison de Neuvic-sur-l'Isle en Dordogne. Mardi 29 décembre vers 18h, un détenu a mis le feu à sa cellule, il a été brûlé sur une bonne partie du corps. Mercredi 30 décembre au tribunal correctionnel de Périgueux un autre détenu de 26 ans comparaissait lui pour menaces de mort et violence sur surveillants. Il était aussi à la barre pour provocation au terrorisme.

Depuis qu'il est à la prison de Neuvic ce détenu multiplie les écarts de comportement. Début décembre, lors d'une extraction, pour se rendre au tribunal, il mord un surveillant à la main et à son retour en prison il entame une grève de la faim et de la soif. Le 15 décembre alors qu'un médecin vient l'examiner, accompagné de deux surveillants, il profère des menaces de morts à leur encontre et promet d'acheter des kalachnikovs à sa sortie de prison pour "tuer un maximum de monde". Un rapport est transmis au parquet de Périgueux et la gendarmerie de Saint-Astier est chargé d'une enquête.

Il incite les autres détenus à tuer des surveillants

La situation a véritablement dégénéré le 27 décembre quand ce détenu apprend qu'il ne pourra pas recevoir son colis de Noël car la personne qui le lui a envoyé ne figure pas sur la liste de parrainage. Le prisonnier entre alors dans une colère noire et promet "sur le Coran" de revenir à sa sortie de prison et "faire pire que le Bataclan". De retour dans sa cellule il hurle "A**llahou akbar"** depuis sa fenêtre et incite les autres détenus à tuer "ces chiens de surveillants" et à "brûler leur maison". 

Des propos qui lui ont valu de se retrouver à la barre du tribunal correctionnel de Périgueux où il a d’ailleurs tout nié. Le tribunal l'a condamné à six mois de prison ferme. Une mention de plus à son casier qui en compte déjà plus d'une trentaine. Le détenu devrait maintenant être transféré vers un autre centre de détention.