Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Dordogne : des gilets jaunes de Sarlat s'en prennent à des journalistes France 3

vendredi 30 novembre 2018 à 18:46 Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord et France Bleu

Des gilets jaunes de Sarlat s'en sont pris à une équipe de deux journalistes de France 3 Périgords ce vendredi matin. L'un d'eux a tenté de récupérer la carte mémoire d'une caméra et a arraché un micro. Une plainte a été déposée.

Logo de France 3 - illustration
Logo de France 3 - illustration © Maxppp - Maxppp

Sarlat-la-Canéda, France

En marge d'un reportage ce vendredi en fin de matinée à Sarlat, une équipe de deux journalistes de nos confrères de France 3 Périgords a été prise à partie et malmenée par des gilets jaunes. Un homme de 47 ans (au casier judiciaire vierge) qui se trouvait sur un rond-point s'est particulièrement énervé.

Face à la présence des deux journalistes, il a arraché le micro d'une caméra. C'est ce que raconte Xavier Riboulet, rédacteur en chef de France 3 Aquitaine.

"J'ai une équipe qui faisait un reportage du côté de Sarlat. Les deux journalistes franchissent un rond-point. Elles voient un groupe de gilets jaunes. C'est un peu une déformation professionnelle, elles s'arrêtent pour faire quelques images, elles discutent avec certains des manifestants, cela se passe plutôt bien, elles demandent l'autorisation de faire des images. Et puis il y avait un autre groupe, de l'autre côté du rond-point, qui voyant cette scène-là est intervenu en disant, mais qu'est-ce que vous faites, on ne vous a pas donné l'autorisation, le droit à l'image, etc."  explique-t-il.

C'est là que la tension monte brutalement et que cela dégénère. Les deux jeunes journalistes sont verbalement agressées, les manifestants tentent de récupérer la carte qui contenait les images. "Ils ont arraché le micro de la caméra, et ils leurs ont fait peur" explique le rédacteur en chef de France 3. 

"Il s'agit de deux journalistes, de deux femmes, qui faisaient leur boulot. Elles ont eu peur, réellement" dit Xavier Riboulet

Une plainte a été déposée

Les gilets jaunes de Sarlat eux se défendent. Ils minimisent l'incident. Selon eux, il n'y a pas vraiment eu de bousculade. L'un des gilets jaunes ne voulait simplement pas qu'une potence qu'il installait soit filmée avant qu'elle ne soit terminée dit-il.

Dans tous les cas, quel que soit le média, peu importe, nous faisons notre travail, être agressé, insulté, molesté, menacé, non jamais" martèle Xavier Riboulet

Le vice-procureur de Bergerac explique qu'il y aura très certainement une réponse pénale dans cette affaire. Dans un communiqué ce vendredi soir, la préfecture a dit regretter et condamner les agissements commis à Sarlat. La préfète appelle au respect du travail des journalistes et de la liberté d’informer.