Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : Un héron cendré transpercé par une flèche découvert à Marsac-sur-l'Isle

samedi 1 septembre 2018 à 12:08 Par Olivia Chandioux, France Bleu Périgord et France Bleu

C'est un joueur de pétanque qui a repéré l'oiseau transpercé d'une flèche vendredi 31 août au soir à Marsac-sur-l'Isle. Le héron cendré fait partie des espèces protégées, il est donc absolument interdit de le tirer, sous peine de poursuites judiciaires.

Le héron cendré blessé a été repéré à Marsac-sur-l'Isle.
Le héron cendré blessé a été repéré à Marsac-sur-l'Isle. - DR

Marsac-sur-l'Isle, France

Un héron cendré blessé par une flèche. Triste spectacle auquel a assisté Jacques Nadal vendredi 31 août au soir. Alors qu'il jouait à la pétanque à Marsac-sur-l'Isle, il raconte : "j'ai vu passer l'oiseau et j'ai tout de suite remarqué les extrémités colorées de la fléche. Le héron ne volait plus, il est allé se cacher dans les fourrés pour se protéger."

Une espèce protégée

Le retraité se saisit alors de son téléphone pour prendre des photos et décide d'alerter France Bleu Périgord. De son côté, la Ligue de protection des oiseaux rappelle que le héron cendré est une espèce protégée et qu'il est donc formellement interdit de le tirer, sous peine de poursuites judiciaires

On a pu récupérer l'animal, mais pas le sauver. On a dû l'euthanasier

Des techniciens de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage se sont rendus sur place ce samedi après-midi. Grâce à un filet, ils ont pu récupérer l'oiseau, encore vivant. Ils l'ont ensuite amené à un vétérinaire qui a décidé de l'euthanasier, à cause d'une gangrène qui se développait sur l'aile. "On a pu le récupérer, mais pas le sauver", explique Pascal Malassagne, chef de la brigade de l'OFCFS de Bergerac.

Une enquête a été ouverte. Blesser ou tuer une espèce protégée est un délit. L'auteur des faits risque deux ans de prison et 150.000 euros d'amende.