Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : un homme de 23 ans condamné à deux mois de prison ferme pour avoir agressé des militants FN

mercredi 12 septembre 2018 à 17:28 Par Emmanuel Claverie, France Bleu Périgord

Le 27 février 2018, à Ribérac en Dordogne, un SDF avait insulté et menacé de mort trois militants du Front National qui distribuaient des tracts. Récidiviste, le jeune homme âgé de 23 ans a été condamné à deux mois de prison ferme.

Florence Joubert, conseillère régionale Rassemblement national et Frédéric Gojard, délégué du RN en Dordogne
Florence Joubert, conseillère régionale Rassemblement national et Frédéric Gojard, délégué du RN en Dordogne © Radio France - Emmanuel Claverie

Ribérac, France

Le tribunal correctionnel de Périgueux a condamné ce mercredi 13 septembre un homme de 23 ans à deux mois de prison ferme. Le 27 février 2018, à Ribérac en  Dordogne, ce SDF avait insulté et menacé de mort trois militants du Front national (devenu depuis le 1er juin 2018 le Rassemblement national). Parmi eux, le délégué départemental du parti Frédéric Gojard, et la conseillère régionale Florence Joubert.

Absent, lors de l'audience, le prévenu qui réside à Angoulême avait déjà été condamné pour des faits similaires.

"J'ai cru que notre dernière heure était venue" - Frédéric Gojard

Ancien militaire, Frédéric Gojard a déclaré lors de l'audience avoir souvent eu à évaluer le risque lors de sa carrière. "Mais cette fois, j'ai cru que notre dernière heure était arrivée" a-t-il ajouté.

Le prévenu devra verser aux militants 300 euros de dommages et intérêts.