Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : un homme de 36 ans condamné à six mois de prison ferme pour des violences sur un couple de personnes âgées

-
Par , France Bleu Périgord

Le périgourdin menaçait un couple de locataires âgés de 72 et 79 ans de récupérer l'argent des loyers destiné au trésor public sur décision de justice à cause de l'endettement du propriétaire. L'homme était déjà condamné pour des violences en 2017.

Le tribunal de Périgueux
Le tribunal de Périgueux © Radio France - Benjamin Fontaine

Périgueux, France

Un individu de 36 ans est condamné par le tribunal de grande instance de Périgueux à une peine de six mois de prison ferme sans mandat de dépôt, en comparution immédiate, pour tentative d'extorsion et violence sur des personnes en position de faiblesse. Les faits se sont produits en février et en avril 2019 à La Coquille. 

Un propriétaire criblé de dettes

"Vous me payez ou alors vous ne passerez pas l'hiver entre les murs". C. , alors propriétaire d'un immeuble à la Coquille, écrit ces mots dans une lettre adressée à ses locataires, un couple âgé de 72 et 79 ans. L'homme, un cultivateur du coin, a de gros problèmes d'argent alors il impose aux locataires le paiement des loyers. Cependant, les occupants devaient sur décision de justice payer le loyer au trésor public. S'en suit alors des mois de harcèlement et d'intimidation avec des violences physiques et morales pour obtenir cet argent. Un soir, C. est venu avec son chien non tenu en laisse et ce dernier a attaqué puis mordu l'une des victimes. L'individu est reparti chez lui en laissant le mari de 79 ans blessé.

Une personnalité troublante connue des services de police

Le périgourdin de 36 ans vit en concubinage et est père de 2 enfants. Il vit grâce au patrimoine dont il a hérité : des biens immobiliers mis en location mais aussi des terres agricoles dont avec lesquelles il cultive des fruits et légumes. Cependant, derrière cette abondance matérielle se cache une toute autre réalité : "Madame la juge, je suis fatigué, usé car je ne supporte pas cette société." Lors de sa dernière garde à vue, le médecin a décelé un état dépressif et instable car C. est connu des services de police pour sept mentions dans son casier judiciaire notamment pour vol, conduite sans permis et usage et détention de produits stupéfiants et plus récemment des violences avec arme qui lui ont valu déjà une condamnation : il avait agressé un employer de chantier près de chez lui avec une fourche. Depuis février 2018, il était en sursis avec mise à l'épreuve.

Tout au long de l'audience, le prévenu se montre particulièrement émotif et est au bord des larmes lorsque la présidente l'interroge sur ses déboires et dresse son portrait psychologique. La procureure de la République raconte même que C. "fait régner la peur dans sa commune" car il s'est disputé avec du personnel de la garderie d'enfants à cause d'un téléphone portable "trop près des enfants" selon lui. 

Durant le délibéré, le prévenu se tient la tête entre ses mains et montre des signes d'impatience. Après une dizaine de minutes d'attente, la présidente requiert dix mois de prison ferme sans mandat de dépôt avec révocation partielle de quatre mois de son sursis avec mise à l'épreuve pour sa condamnation prononcée en 2018. Reparti libre, C. va revenir le 07 octobre prochain devant les juges pour l'audience consacrée aux intérêts civils.