Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : un homme interpellé pour avoir vandalisé une trentaine de voitures à Montignac

lundi 11 mars 2019 à 15:49 - Mis à jour le mardi 12 mars 2019 à 4:37 Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord

L'épisode avait marqué les esprits à Montignac, en Périgord noir dans la nuit du 28 février au 1er mars. Un homme de 34 ans a été interpellé ce lundi matin près de la commune pour avoir vandalisé 31 véhicules. Il avait notamment cassé les rétroviseurs et les essuie-glaces

Les rétroviseurs ont été systématiquement arrachés
Les rétroviseurs ont été systématiquement arrachés © Radio France - Noémie Philippot

Montignac, France

Les gendarmes ont réussi à interpeller l'homme soupçonné d'avoir dégradé 31 véhicules dans la nuit du 28 février au 1er mars à Montignac, en Dordogne.

Le suspect aurait été identifié grâce à des recoupements, et retrouvé à proximité de Montignac. Il s'agit en fait d'un habitant d'Aubas, âgé de 34 ans.

Il a été placé en garde à vue, et a reconnu les faits. En les expliquant par une très forte alcoolisation ce soir-là. 

L'homme sera convoqué pour s'expliquer devant le tribunal correctionnel de Périgueux en octobre prochain.

L'homme avait cassé des rétroviseurs de voitures garées pour la plupart rue du 4-septembre, avenue de Lascaux, place Bertran-de-Born et place du Tourny.

Les dégâts se chiffrent à plusieurs milliers d'euros

A l'époque, les enquêteurs pointaient des actes de "vandalisme pur, aucune vitre n'ayant été brisée pour voler dans les véhicules". Mais les dégâts sont importants ; certains rétroviseurs électriques peuvent coûter plus de 1.000 euros.