Faits divers – Justice

Dordogne : un ouvrier de 24 ans tué dans l'effondrement d'un mur à Tocane-Saint-Apre

Par Marie-Sylvie Prudhomme, France Bleu Périgord et France Bleu mardi 24 janvier 2017 à 16:59

L'accident s'est produit chez un particulier dont le hangar était en train d'être démoli
L'accident s'est produit chez un particulier dont le hangar était en train d'être démoli © Radio France - Corinne Duval

Un jeune ouvrier est mort ce mardi après-midi suite à l' effondrement d'un hangar en cours de démolition à Tocane-Saint-Apre en Dordogne. Son collègue âgé de 50 ans a été transporté par hélicoptère à l'hôpital de Périgueux.

Un ouvrier de 24 ans est mort ce mardi après-midi suite à l'effondrement d'un hangar à Tocane-Saint-Apre aux alentours de 15h. Le jeune homme travaillait à la démolition d'un bâtiment situé à côté de la place des Tilleuls. Un mur s'est effondré sur lui et sur un autre ouvrier qui était également sur le chantier. Les deux hommes se sont retrouvés ensevelis sous les gravats.

Le père du jeune ouvrier qui se trouvait également sur le chantier n'a pas été blessé

Les pompiers qui sont intervenus pour dégager les victimes n'ont pas réussi à sauver le plus jeune. L'autre ouvrier âgé de 50 ans qui est grièvement blessé a été transporté par hélicoptère à l'hôpital de Périgueux. Le père du jeune ouvrier qui travaillait également sur place n'a pas été blessé. Il se trouvait à l'extérieur du bâtiment quand l'accident s'est produit.

Les pompiers au travail pour extraire l'ouvrier gravement blessé. - Aucun(e)
Les pompiers au travail pour extraire l'ouvrier gravement blessé. - A. Piel / SDIS 24

Le patron était passé en début d'après-midi pour rappeler les consignes de sécurité

Ces ouvriers travaillaient tous pour une entreprise familiale de Tocane, l'entreprise Mazière. Le patron Francis Mazière s'est immédiatement rendu sur place. Il a expliqué qu'il se rendait régulièrement sur ses chantiers pour rappeler les règles de sécurité. Ce qu'il avait fait ce mardi vers 14h une heure avant l'accident. Francis Mazière avait dit à ses hommes " faites attention on ne sait jamais", en leur rappelant le port obligatoire du casque et les consignes de sécurité.

Selon des témoins, le mur du bâtiment s'était déjà effondré il y a quelques jours. Les ouvriers étaient sur place pour terminer la démolition. La gendarmerie a ouvert une enquête pour déterminer les circonstances exactes de l'accident.