Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : un plombier de 55 ans meurt d'un cancer de l'amiante, sa veuve réclame la condamnation de l'entreprise

jeudi 27 septembre 2018 à 17:06 Par Harry Sagot, France Bleu Périgord

La veuve d'un plombier de Bertric-Burée, mort en 2015 d'un cancer des poumons, poursuivait l'employeur de son mari ce jeudi devant le tribunal des affaires de sécurité sociale de Périgueux. La maladie professionnelle de ce plombier-chauffagiste a déjà été reconnue pour son exposition à l'amiante.

Les militants du CERADER sont venus soutenir la veuve devant le palais de Justice
Les militants du CERADER sont venus soutenir la veuve devant le palais de Justice © Radio France - Harry Sagot

Périgueux, France

Une quarantaine de militants du CERADER (le collectif pour l'élimination rapide de l'amiante et la défense des exposés aux risques) ont accompagné ce jeudi la veuve d'un plombier-chauffagiste du Ribéracois, employé pendant 24 ans d'une entreprise de St-Amand de Montmoreau en Charente, mort à 55 ans d'une exposition prolongée à l'amiante

La maladie professionnelle de cet ouvrier décédé en novembre 2015 a été reconnue par la Sécurité sociale, 18 mois après la découverte de son cancer des bronches, mais sa veuve et ses trois filles demandent la condamnation de l'employeur pour faute inexcusable. Cette condamnation permettrait à l'épouse de toucher la totalité de sa retraite, mais elle veut surtout poursuivre son combat.

il voulait que la faute de son employeur soit vraiment reconnue" - Béatrice, la veuve de l'ouvrier chauffagiste

Pour le CERADER, cette condamnation pour faute inexcusable, c'est aussi la garantie que cet employeur (une PME d'une quinzaine de salariés) prendra des mesures de sécurité.

notre but, c'est que l'employeur prenne des précautions pour éviter d'autres pathologies et d'autres morts" - René Vincent président du CERADER.

Le tribunal des affaires de sécurité sociale de Périgueux rendra son jugement dans six semaines : le 8 novembre prochain.