Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : un producteur de pommes jugé pour l'hébergement de ses saisonniers

vendredi 1 mars 2019 à 15:45 Par Benjamin Fontaine et Harry Sagot, France Bleu Périgord

Un producteur de pommes de Sarlande en Dordogne était poursuivi devant la justice ce vendredi 1er mars à cause des conditions d'hébergement de ses saisonniers. Certains dormaient sous des tentes et les dortoirs étaient surchargés au regard de la justice.

Une saisonnière cueille des pommes - septembre 2018.
Une saisonnière cueille des pommes - septembre 2018. © Radio France - Louis de Bergevin

Sarlande, France

Les règles d'hébergement des saisonniers sont très strictes et un producteur de pommes de Sarlande près de Lanouaille risque de ne pas l'oublier. Cet homme a été jugé ce vendredi 1er mars par le tribunal de police de Périgueux pour les conditions d'hébergement de ses saisonniers.

En septembre 2015, une inspectrice avait constaté que sept saisonniers dormaient sous des tentes alors que la loi l'interdit. Elle avait aussi remarqué qu'il avait trop de lits dans certains dortoirs. "Ce sont les saisonniers eux-même qui, repoussés du camping municipal ont installé leurs tentes à côté de notre aire de camping-car," avait répliqué le pomiculteur. 

1.260 amendes réclamés par le procureur

Quant au nombre de lits dans les dortoirs, son avocat maître Lelerc a expliqué: "il était impossible d'empêcher certains saisonniers de déplacer leur lit d'un dortoir à l'autre pour jouer aux cartes ou rester entre copains." L'avocat a plaidé la relaxe, rappelant les efforts réalisés par son client chaque année pour attirer des saisonniers avec des hébergements décents. 

Le procureur a réclamé 1.260 euros d'amendes pour le domaine. Le tribunal de police de Périgueux rendra son jugement le 3 mai.