Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : une équipe de malfaiteurs devant le tribunal pour une série de cambriolages

mercredi 5 septembre 2018 à 21:32 Par Stéphane Garcia, France Bleu Périgord

Huit hommes âgés de 19 à 46 ans comparaissaient ce mercredi devant le TGI de Périgueux. Entre mars et octobre 2017, ils auraient cambriolé une cinquantaine de maisons et d'appartement en Dordogne et en Corrèze.

C'est notamment grâce aux empreintes ADN sur le pied de biche rouge orangé, que l'un des cambrioleurs a été confondu
C'est notamment grâce aux empreintes ADN sur le pied de biche rouge orangé, que l'un des cambrioleurs a été confondu © Maxppp - Patrick Blanchard

Périgueux, France

Une équipe de cambrioleurs comparaissait ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Périgueux. Ils sont huit en tout (leur âge varie entre 19 et 46 ans), soupçonnés d'avoir réalisé une série de cambriolages : une cinquantaine d'effractions commises entre mars et octobre 2017 en Dordogne et en Corrèze. 

Dans 28 de ces cambriolages, la technique des voleurs était la même : ils arrachaient le barillet de serrure à l'aide d'un pied de biche ou d'une clé à molette, en l'absence des propriétaires ou des locataires. En l'espace de quelques heures, plusieurs maisons étaient retournées entièrement, et il dérobaient tout ce qui avaient de la valeur. Téléviseurs, fusils de chasse, bibelots, voitures, scooters, outils de bricolage, bijoux, en or de préférence, la liste est longue et préjudice estimé en tout à plus de 110.000 euros.

Des indices laissés sur les lieux

Sur place les gendarmes retrouvent des traces ADN, des empreintes de chaussures, qui leur permettent de remonter la trace d'un premier homme arrêté lors d'un banal contrôle, une nuit, tout près néanmoins d'une maison qui venait d'être cambriolée. Un jeune homme de 25 ans arrivé de région parisienne depuis une décennie, "le cerveau, le chef de bande", selon les autres prévenus. 

Mais malgré cette arrestation, les cambriolages continuent, avec la même méthode. L'enquête se poursuit alors avec l'aide de témoins et d'images vidéo. Très vite, deux des complices voleurs et dans la foulée les quatre receleurs sont attrapés. Les enquêteurs retrouvent également les outils qui ont servis à entrer par effraction dans les logements, puis des tas d'objets volés cachés dans des garages, des voitures et chez les beaux-parents de deux des prévenus. 

Tous nient les cambriolages

Les huit hommes se connaissent tous. Aucun d'entre eux ne travaille. Devant devant le tribunal, à la barre, ils se rejettent tous la responsabilités des cambriolages. "Oui on a fait du recel mais non, on n'a pas cambriolés de maison", assurent-ils. Pourtant le dossier les accablent, chacun a des degrés différents. Pour le procureur de la République, "c'est une équipe de malfaiteurs". Il a requis des peines allant de trois mois à quatre ans de prison ferme.