Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : vexés d'avoir été écartés d'une fête d'anniversaire, ils massacrent un chaton

-
Par , , France Bleu Périgord, France Bleu

Parce qu'ils n'avaient pas été invités à une fêté donnée à Antonne-et-Trigonant ce week-end, de jeunes périgourdins sont venus semer la pagaille et s'en sont pris à un chaton.

Chaton (image d'illustration).
Chaton (image d'illustration). © Maxppp - Maxppp

Ce sont des actes d'une cruauté sans nom qui ont été commis dans la nuit du samedi 24 au dimanche 25 septembre à Antonne-et-Trigonant, à l'est de Périgueux. Un jeune homme de 18 ans fêtait son anniversaire dans la salle des fêtes, entouré de ses amis, quand il a vu arriver trois jeunes qui n'avaient pas été conviés.

Les yeux crevés

Ces trois individus ont été repoussés par des adultes présents sur place. Vexés, ils ont d'abord dégradé des véhicules. Ils ont aussi détérioré du matériel municipal. Un voisin de la salle des fêtes est alors sorti, sûrement pour leur demander se calmer. Il a rentré sa voiture pour la mettre à l'abri. Le groupe s'est alors vengé sur son petit chat. Un chaton de 4 mois auquel ils ont crevé les yeux avant de l'égorger. Un acte d'une très grande violence.

Une enquête judiciaire en cours

Les propriétaires du chaton se sont rapprochés de la SPA. Ils vont déposer plainte. Une enquête judiciaire est en cours pour retrouver les auteurs de ce geste d'une grande cruauté qui auront évidemment à s en expliquer devant la justice.