Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Quinze ans au service des victimes en urgence dans le Valenciennois

vendredi 13 avril 2018 à 6:06 Par Rafaela Biry-Vicente, France Bleu Nord

Le service d'aide aux victimes en urgence de Valenciennes fête ses 15 ans. Le service qui est une spécificité valenciennoise prend en charge les victimes dans les 48 heures après les faits ou la révélation des faits, une aide psychologique et juridique.

Aurélie Fartek, la responsable du SAVU  et la psychologue Sandra Mortier
Aurélie Fartek, la responsable du SAVU et la psychologue Sandra Mortier © Radio France - Rafaela Biry-Vicente

Valenciennes, France

Le SAVU a été crée en 2002 par le procureur de Valenciennes pour venir en aide psychologiquement et juridiquement aux victimes  de violences conjugales, sexuelles, de harcèlement scolaire, d'accidents de la circulation ou de cambriolage. Dans les 48h après les faits ou la révélation des faits l'équipe composée de psychologues, juristes ou éducateurs spécialisés rencontre la victime sur demande de la police, de la gendarmerie, du parquet ou d'associations. Un service joignable 7 jours sur 7 de 13h à 22 la semaine (14h-22h le we).

Une intervention rapide indispensable pour les victimes assure Aurélie Fartek, la responsable du SAVU, notamment dans un Valenciennois où les indicateurs sociaux sont tous au rouge, et où la population peut avoir peur de la machine judiciaire

Les victimes vont se renfermer sur elles même, ne pas entamer les démarches et ne pas faire valoir leurs droits, alors que là l'intervenant va les orienter vers un avocat, un médecin légiste, etc, ce qui va permettre de vivre moins difficilement la situation

Cette intervention dans les 48 heures est aussi fondamentale au niveau psychologique assure la psychologue Sandra Mortier

Plus on va verbaliser tôt le traumatisme, plus l'évolution sera positive, car le risque quand on ne libère pas les choses tout de suite, c'est qu'il y ait une cristallisation de l'agression de l'accident, et que les troubles s'installent plus durablement

Le reportage de Rafaela Biry-Vicente

Une quarantaine de victimes d'attentats suivis par le SAVU

En 2017, le SAVU cofinancé par Valenciennes Métropole et la Porte du Hainaut a suivi plus de 900 victimes, la grosse majorité pour des violences conjugales. Le service s'occupe aussi des proches de victimes qui doivent pouvoir être des personnes ressources pour les victimes explique Sandra Mortier.

Et depuis 2015, le service accueille des victimes "hors normes" celles des attentats, déjà une quarantaine touchées dans les attaques de Paris, Nice, Londres, Barcelone ou même Bamako. Ils viennent ici se faire conseiller sur leurs droits à indemnisation, car tous les attentats ne donnent pas aux mêmes droits. Et leur prise en charge psychologique est très différente des autres victimes pour la psychologue

On est sur de la victimologie de guerre, comme ce que peuvent ressentir les soldats face aux armes, l'insécurité, la mort imminente

Pour encore mieux les prendre en charge, le SAVU participe maintenant aux différents exercices de simulation d'attentats dans la région.

Comme les autres victimes une fois l'urgence gérée c'est le service "traditionnel" d'aide aux victimes, présent partout en France qui assure le suivi jusqu'à la fin de la procédure judiciaire.