Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Double assassinat de Poretta : 12 personnes interpellées

lundi 4 juin 2018 à 12:55 Par Marion Galland, France Bleu RCFM et France Bleu

12 personnes ont été interpellées ce lundi en Corse et sur le continent dans l'enquête sur les assassinats de Tony Quilichini et Jean-Luc Codaccioni. Un surveillant de la prison de Borgo figure parmi les personnes en garde à vue.

Douze interpellations en Corse et sur le continent dans l'enquête sur le double assassinat de Poretta
Douze interpellations en Corse et sur le continent dans l'enquête sur le double assassinat de Poretta © Maxppp - Maxppp

Corse, France

Dix personnes ont été interpellées en Corse et deux sur le continent, dans la région marseillaise, ce lundi matin, dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de Jean-Luc Codaccioni et Tony Quilichini, le 5 décembre 2017 à l’aéroport de Bastia Poretta.  Elles ont été arrêtées sur commission rogatoire d'un magistrat de la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Marseille. 

Huit autres personnes, déjà mises en examen et incarcérées dans cette affaire, devraient être extraites de leurs cellules pour être à nouveau entendues sous le régime de la garde à vue. Parmi elles, Jacques Mariani, le fils de Francis Mariani. 

Un surveillant de prison en garde à vue

Dans l’île, les interpellations ont majoritairement eu lieu en Haute-Corse, même si des gardes à vue sont également en cours à Ajaccio. 

Parmi ces personnes entendues, figure un surveillant de la prison de Borgo. Les enquêteurs cherchent notamment à savoir s’il a pu informer les assassins des déplacements de Jean-Luc Codaccioni, qui était en permission lorsqu’il a été tué. 

Ce lundi midi des perquisitions étaient toujours en cours en plusieurs endroits de l’île.

Les garde à vue peuvent durer jusqu’à 96 heures.