Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Francis Heaulme jugé pour le double-crime de Montigny-lès-Metz

Double crime de Montigny-lès-Metz : Francis Heaulme condamné à la perpétuité en appel

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine, France Bleu

Francis Heaulme a été condamné en appel ce vendredi à la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre de deux enfants en 1986 à Montigny-lès-Metz. La cour d'assises des Yvelines confirme le verdict prononcé en première instance à Metz en 2017. Francis Heaulme va se pourvoir en cassation.

Francis Heaulme devant la cour d'assises des Yvelines.
Francis Heaulme devant la cour d'assises des Yvelines. © AFP - BENOIT PEYRUCQ

Metz, France

Après six heures et demi de délibération, la cour d'assises de Versailles a rendu son verdict ce vendredi dans le procès en appel du double crime de Montigny-lès-Metz. Elle juge Francis Heaulme coupable du meurtre de deux enfants de 8 ans, Alexandre Beckrich et Cyril Beining, le 28 septembre 1986 et le condamne à la réclusion criminelle à perpétuité. Cette décision confirme le verdict rendu en première instance à Metz en mai 2017. 

Cette affaire, vieille de 32 ans, n'est pour autant pas terminée, malgré ce sixième procès : à la sortie de l'audience, Me Liliane Glock, l'avocate de Francis Heaulme, a annoncé qu'elle allait former un pourvoi en cassation. "Versailles aura finalement été une étape dans cette affaire", souligne celle qui n'a pas l'intention d'abandonner : "Francis Heaulme a une carrière criminelle, on en est parfaitement conscients. Ceci étant, où sont les preuves de sa culpabilité ? C'est toute la discussion. On est contraint à être toujours sur le sentier de la guerre. Avant le verdict, après, la situation est inchangée." Elle évoque déjà, après la cassation, "la Cour européenne des droits de l'homme. Il y a encore du grain à moudre". 

A la lecture du verdict, Francis Heaulme, lui, n'a montré aucune réaction. Ce crime, Francis Heaulme l'a pourtant nié à plusieurs reprises. Avant que la cour se retire pour délibérer peu avant 10h, le tueur en série avait été invité à prendre la parole. Il avait prononcé les mêmes mots qu'à l'ouverture du procès de Versailles le 4 décembre, tout comme lors du procès de Metz : "Montigny-lès-Metz, ce n'est pas moi"

C'est une nouvelle étape dans une affaire vieille de 32 ans, au cours de laquelle les enquêteurs et la justice ont longuement erré. Il y a eu jusqu'ici six procès, dont trois contre Patrick Dils, acquitté en 2002. Une épreuve interminable pour les familles des victimes, mais un combat qui prend fin ce vendredi soir pour Chantal Beining, la maman du petit Cyril : "Mon combat est terminé, a-t-elle déclaré, en larmes, à la sortie de l'audience. J'ai été jusqu'au bout, comme je l'avais promis à mon Cyril. Maintenant, je mène un autre combat contre la maladie," conclut Chantal Beining, atteinte d'un cancer.

Pour Francis Heaulme, 59 ans, il s'agit de la neuvième condamnation devant une cour d'assises. Il est incarcéré depuis 1992. La décision des jurés est conforme au réquisitoire prononcé jeudi par les avocats généraux. "Francis Heaulme n'est pas un coupable de substitution" avait affirmé l'un des magistrats, Guirec Le Bras. Il a énuméré les éléments liant le "routard du crime", au meurtre d'Alexandre et Cyril : sa "parfaite connaissance des lieux" puisqu'il travaillait à proximité, les témoins qui l'ont vu ce jour-là, les deux pêcheurs qui l'ont raccompagné chez lui, des codétenus qui ont rapporté ses aveux, les confidences au gendarme Jean-François Abgrall.

Les avocats de Francis Heaulme avaient au contraire réclamé son acquittement, au regard du doute planant toujours sur le dossier, l'absence de preuves scientifiques (les pièces à conviction ont été détruites), d'aveux et de déclarations "truffées d’erreurs".

Choix de la station

France Bleu