Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Double meurtre à Saint-Caprais : le voisin, qui a reconnu les faits, placé en soins psychiatriques

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

L'homme de 35 ans placé en garde à vue suite au meurtre de deux septuagénaires à Saint-Caprais (Gers) a reconnu les avoir poignardés. Compte tenu de son état de santé instable, il a été admis ce vendredi en soins psychiatriques.

La mairie de Saint-Caprais dans le Gers.
La mairie de Saint-Caprais dans le Gers. © Radio France - Pascale Danyel

Le voisin des deux victimes a donc reconnu les faits. Cet homme de 35 ans a avoué lors de sa garde à vue ce vendredi avoir tué ses deux voisins, un homme de 70 ans et une femme de 74 ans à l'aide d'une arme blanche. 

La première victime était l'ex-mari de l'ancienne maire du village. Son corps a été retrouvé sans vie dans un fossé devant chez lui jeudi en fin de journée, avant de retrouver celui de la deuxième victime, elle aussi très connue dans ce petit village de 140 habitants près de Gimont. 

Une fois les corps retrouvés, les premiers soupçons se sont de suite portés sur leur voisin de 35 ans, interpellé et placé en garde à vue jeudi soir, peu de temps après les faits. 

Admis en soins psychiatriques

Décrit comme un homme "au comportement suspect" selon le maire de Saint-Caprais, le suspect a finalement reconnu le double meurtre. Et après examen, l'expert-psychiatre venu le rencontrer ce vendredi l'a finalement déclaré inapte à la garde à vue. En cause, son état de santé et ses troubles psychologiques marqués. Le meurtrier de 35 ans a donc été admis en soins psychiatriques.

Une enquête est toujours en cours pour connaître les circonstances précises du drame et les motivations du meurtrier, dont les explications restaient "confuses" selon le procureur de la République en charge du dossier. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess