Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Double meurtre dans le Montargois : la piste crapuleuse privilégiée, un frère et une sœur incarcérés

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu Orléans, France Bleu

Un homme de 33 ans, sa sœur de 40 ans, et un homme de 54 ans ont été mis en examen et écroués ce vendredi, pour le meurtre de Karine Foucher, infirmière de 42 ans, et de son patient Jacques Samson, 84 ans, près de Montargis le 21 octobre. Le mobile est sans doute crapuleux, indique le procureur.

Le procureur de la République d'Orléans Nicolas Bessone lors d'une conférence de presse, aux côtés du colonel Thomas Andreu, commandant de la section de recherches de la gendarmerie d'Orléans
Le procureur de la République d'Orléans Nicolas Bessone lors d'une conférence de presse, aux côtés du colonel Thomas Andreu, commandant de la section de recherches de la gendarmerie d'Orléans © Radio France - François Guéroult

Fazia Megchiche, 40 ans, et son frère Messaoud Megchiche, 33 ans, ont été mis en examen ce vendredi, et écroués pour double meurtre par concomitance. Un troisième individu, Mehmet Sari, forestier âgé de 54 ans, est mis en examen pour non dénonciation de crime et placé en détention. 

C'est ce qu'indique le procureur de la République d'Orléans Nicolas Bessone lors d'une conférence de presse, aux côtés du colonel Thomas Andreu, commandant de la section de recherches de la gendarmerie d'Orléans, en charge de l'enquête sur le double meurtre commis près de Montargis le 21 octobre dernier. 

800 euros retirés avec la carte bancaire de Karine Foucher

Le mobile est sans doute crapuleux, indique le procureur, puisque 800 euros ont été retirés à un distributeur avec la carte bancaire de l'infirmière Karine Foucher, dont le corps avait été retrouvé couvert de plaies au bord d'une route, à Pannes, le 21 octobre 2019. 

Les deux suspects sont des voisins de Jacques Samson et connaissaient le retraité retrouvé mort chez lui à Chalette-sur-Loing, les mains coupées (sans doute post mortem) : la maison où ils vivaient à Chalette est en effet située à 250 mètres du domicile de l'octogénaire. 

Karine Foucher était là au mauvais endroit, au mauvais moment" (Nicolas Bessone)

Pour Nicolas Bessone, l'infirmière, qui avait Jacques Samson pour patient, "était là au mauvais endroit au mauvais moment, c'est établi."

Des traces ADN et de la téléphonie

Des traces ADN de Fazia Megchiche ont été retrouvées sur les vêtements de Karine Foucher et au domicile de Jacques Samson. Ces traces se trouvaient sur un mégot de cigarettes et une boîte de boules Quies, près du chouchou servant à attacher les cheveux de la jeune femme, et également sur la poignée arrière droite de la voiture de l'infirmière.

Karine Foucher, infirmière de 42 ans, l'une des victimes du double meurtre - Aucun(e)
Karine Foucher, infirmière de 42 ans, l'une des victimes du double meurtre - FNIL 45

Des éléments de téléphonie mobile, "accablants" selon le procureur, indiquent le cheminement des deux suspects le jour du double meurtre, entre le pavillon du retraité, le distributeur bancaire.

La suspecte a travaillé chez Jacques Samson

Fazia Megchiche est mère de sept enfants et connaissait Jacques Samson. Détail sordide : elle a travaillé, "vraisemblablement au noir", chez l'octogénaire comme femme de ménage. En 2017, une procédure avait d'ailleurs à son encontre été ouverte pour des soupçons de chèque volé chez Jacques Samson (pour mille euros environ).

Son frère est connu de la justice

Messaoud Megchiche lui, est déjà connu de la justice et compte douze condamnations à son casier judiciaire, principalement pour du trafic de stupéfiants. Il est lui-même "poly-toxicomane", selon Nicolas Bessone.

Les suspects nient les faits

La sœur et le frère nient les faits et affirment que le jour des faits, "ils sont restés chez eux". Et le procureur indique que l'enchaînement des faits, ce 21 octobre, n'est pas encore établi, ni les raisons de l'amputation des mains de l'octogénaire. Les mains n'ont, par ailleurs, pas été retrouvées à ce jour.

Cinq personnes mises hors de cause

Rappelons que mercredi dernier, huit personnes avaient été interpellées dans le Montargois, et placées en garde à vue. Hormis les deux principaux suspects, interpellés rue Jules-Massenet à Chalette-sur-Loing, un troisième homme, Mehmet Sari, forestier de profession, âgé de 54 ans, est mis en examen pour non dénonciation de crimes, et incarcéré ce vendredi soir. Les cinq autres ont été relâchées.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu