Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Double meurtre dans les Cévennes

Double meurtre dans les Cévennes : garde à vue prolongée pour Valentin Marcone, qui ne souhaite pas d'avocat

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Gard Lozère, France Bleu

Valentin Marcone s'est rendu ce vendredi soir après quatre jours de cavale sur la commune des Plantiers dans le Gard. Il est suspecté du double meurtre de son patron et son collègue de travail mardi. En garde à vue à Nîmes, il n'a pas souhaité être assisté par un avocat selon le procureur.

Le palais de justice de Nîmes (Gard)
Le palais de justice de Nîmes (Gard) © Radio France - Tony Selliez

L'audition de Valentin Marcone a débuté ce samedi à Nîmes, sous l'autorité du procureur, Eric Maurel. Le jeune homme de 29 ans a été placé en garde à vue pour assassinats après le double meurtre des Plantiers, dans les Cévennes (Gard). "En dépit des propositions réitérés des officiers de police judiciaire, il n'a pas souhaité être assisté d'un avocat" précise ce samedi soir le procureur de Nîmes. Sans surprise, sa garde à vue a été prolongée ce samedi soir de 24 heures. Valentin Marcone s'est rendu vendredi, en toute fin de journée, après quatre jours de cavale dans la forêt cévenole. Suspecté d'avoir tué son patron et son collègue de travail mardi matin, il a présenté ses excuses au moment de sa reddition.

Il était alors "affaibli et hagard" et s'est rendu sans violence. "J'ai demandé à ce qu'il soit immédiatement vu par un médecin qui a jugé que son état était compatible avec une garde à vue", a indiqué à l'Agence France presse (AFP) le procureur. "Une première audition, très sommaire, a eu lieu après son placement en garde à vue mais nous avons convenu de le laisser se reposer avant de l'interroger à nouveau. Son audition a donc repris ce matin dans les locaux de la section de recherche de la gendarmerie de Nîmes", a ajouté le procureur. Valentin Marcone "s'exprime de manière tout à fait cohérente", a-t-il précisé.

Les armes n'ont pas été retrouvées

"Contrairement aux indications de sources non autorisées par le procureur, les armes du fugitif n'ont pas été retrouvées", a également indique ce samedi matin Eric Maurel à France Bleu Gard Lozère. Le procureur de la République de Nîmes ajoute également : "Contrairement aux indications des mêmes sources, en l'état, une seule cache sommaire a été retrouvée et le fugitif a été découvert fortuitement."

Eric Maurel, Procureur de la République de Nîmes
Eric Maurel, Procureur de la République de Nîmes © Radio France - Tony Selliez

Interrogé sur franceinfo, Eric Maurel reconnaît que l'interpellation de ce vendredi soir a été "une véritable surprise", compte tenu des éléments recueillis par les gendarmes et du risque que le suspect adopte "une position jusqu'au boutiste". Le profil de Valentin Marcone semble complexe. Le procureur, pour sa part, indique qu'il ne croyait pas à un profil de "Rambo" et souligne "une très grande fragilité psychologique" chez le jeune homme de 29 ans.

Nous attendons de lui qu'il nous explique le pourquoi et le comment de son passage à l'acte - le procureur de la République de Nîmes

Valentin Marcone est entendu par les enquêteurs sur les circonstances de sa cavale et sur le double meurtre de mardi aux Plantiers, le patron de la scierie où il était employé et un collègue de travail. "Le travail des enquêteurs va être de le mettre en confiance, donc de travailler avec lui sur sa vie, son parcours", explique le procureur de la République, "Il faut que les enquêteurs arrivent à créer un lien avec lui pour ensuite progressivement en venir aux faits qui lui sont reprochés. Nous attendons de lui qu'il nous explique le pourquoi et le comment de son passage à l'acte."

Dans la forêt où Valentin Marcone s'est caché pendant quatre jours, les investigations des gendarmes et le travail de terrain se poursuivent, à la recherche notamment des armes que le suspect aurait dissimulées. 

Dans le village des Plantiers, où s'est déroulé le drame, le maire Bernard Mounier, rend ce samedi matin un nouvel hommage aux victimes du double meurtre commis mardi, Luc Teissonnière et Martial Guerin. Il confie aussi à France Bleu Gard Lozère son désir de "reconstruire" son village et ses habitants, malgré le traumatisme.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess