Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Double meurtre dans les Cévennes

Double meurtre dans les Cévennes : la traque, l’appel du père, des coups de carabine, l’appel à témoins

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Gard Lozère, France Bleu

Les gendarmes poursuivent dans le Gard la traque du meurtrier présumé de deux hommes, mardi, aux Plantiers, dans les Cévennes. Un appel à témoins est lancé.

Les gendarmes mobilisés pour rechercher le meurtrier présumé de deux hommes aux Plantiers, dans les Cévennes (Gard)
Les gendarmes mobilisés pour rechercher le meurtrier présumé de deux hommes aux Plantiers, dans les Cévennes (Gard) - DR photo gendarmerie PACA

La traque du "meurtrier des Cévennes" prend ce jeudi une autre dimension avec l'appel à témoins lancé en début de matinée par la gendarmerie du Gard. Sur les réseaux sociaux, une photo de l'homme est publiée avec son nom : Valentin Marcone. Il est lourdement armé  et se cache, selon la gendarmerie, dans la forêt cévenole depuis 48 heures, après avoir abattu son patron et un de ses collègues dans la scierie où il était employé dans le petit village des Plantiers (à peine 300 habitants). La commune est encerclée et sécurisée par les gendarmes depuis mardi.

Le suspect a grandi dans le village de Moussac, les habitants sont stupéfaits. Ils évoquent un enfant renfermé et serviable, avec un goût pour la nature.

Le message du père

En début d'après-midi, les gendarmes ont communiqué le vibrant appel du père à son fils, en fuite, pour qu'il se rende.

"Valentin, c'est papa, je t'aime, on t'aime, (...) nous sommes tous avec toi, bisous, papa". Ces mots, dans la voix de Frédéric, le père du fugitif, sont en possession de la gendarmerie. Le père de famille appelle son fils à se rendre. Le message pourrait être déterminant dans une négociation du GIGN avec le tireur, pour le pousser à mettre un terme à sa fuite et baisser les armes.

Des coups de carabines entendus

Vers 12h45, des coups de carabine ont été entendus. "Une dizaine" selon le maire de Saint-André-de-Valborgne, qui a eu l'information mais ne les a pas lui-même entendus. La route départementale 907 est coupée du pont de Bourgnolle, près de Saumane, jusqu'à Saint-André-de-Valborgne. Des gendarmes bouclent le secteur.

L'idée de départ de la gendarmerie, c'était bien que le meurtrier présumé avait pris la fuite dans la forêt Un périmètre de 15 km carrés clairement délimité, et fouillé depuis deux jours. Mais le temps passe. Et voilà désormais une nouvelle hypothèse : le fuyard a peut-être réussi à s'échapper et sortir du périmètre, à moins, encore, qu'il en soit loin depuis le début, depuis le double homicide mardi matin.

L'appel à témoins

Sur la photo, on peut voir un homme à l'apparence très jeune, cheveux châtain très courts, fines lunettes, de type européen, 1 m 70 environ, et de corpulence moyenne Il apparaît habillé d'un treillis vert et d'une veste de camouflage avec capuche.

Les gendarmes sont aussi très clairs, ils insistent : En aucun cas, les témoins éventuels ne doivent intervenir eux-mêmes. L'homme est très dangereux : "Susceptible d'être porteur d'une arme de poing (celle avec laquelle il aurait tué ses deux collègues de plusieurs balles dans la tête mardi matin) et d'une carabine de précision".

Le seule réflexe à avoir : prévenir immédiatement la gendarmerie du Gard. La zone de recherche escarpée, montagneuse et boisée avait été élargie jusqu'ici à "un quadrilatère de 15 kilomètres m²".

Quatre familles exfiltrées

Vers midi, ce jeudi, quatre familles ont été exfiltrées. Il n'y a aucun enfant parmi ces personnes. Il pourrait s'agir de familles protégées, elles pourraient être ciblées pour des affaires de voisinage selon les informations de FB Gard Lozère.

"On a exfiltré quatre familles potentiellement ciblées. Des anciens, des jeunes, entre 30 et 60 ans. Potentiellement ciblées parce que peut-être il y avait un différend que je ne connais pas", Bernard Mounier, le maire des Plantiers, sur France Info.

Pour les riverains, l'ambiance est lourde. France Bleu Gard Lozère a pu joindre Barbara, une habitante des Plantiers. Calfeutrée chez elle, elle assiste au va et vient des gendarmes et des hélicoptères toute la journée. "C'est pas possible de faire ça. Le patron de l'entreprise, je le connais bien, son employé, je le connais très très bien, c'est le fils d'un de mes amis. Et le tireur, peuchère, il a foutu sa famille en l'air (..). je suis mal, je suis mal, je reste à la maison mais j'ai peur, j'ai vraiment peur".

Barbara, habitante des Plantiers (Gard) : "je suis mal, je reste à la maison mais j'ai peur, j'ai vraiment peur"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess