Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Francis Heaulme jugé pour le double-crime de Montigny-lès-Metz

Double meurtre de Montigny-lès-Metz : l'audience sur intérêts civils, ou comment chiffrer un préjudice "irréparable"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

Après le procès en appel de Versailles, place ce lundi à l'audience sur intérêts civils du procès Heaulme qui doit déterminer le montant des dommages et intérêts accordés aux parties civiles. L'audience a été reportée au 23 septembre en raison du pourvoi en cassation de Francis Heaulme.

Me Boh-Petit, avocate de Chantal Beining
Me Boh-Petit, avocate de Chantal Beining © Radio France - Cécile Soulé

Moselle, France

"Une audience dédiée aux victimes". Voilà comment Me Boh-Petit, avocate de la mère de Cyril Beining, qualifie l'audience sur intérêts civils qui se tient ce lundi, après la condamnation en appel de Francis Heaulme, à Versailles, en décembre 2018. Il a écopé de la perpétuité pour le double-meurtre de Cyril Beining et d'Alexandre Beckrich, à Montigny-lès-Metz en 1986, mais il faut maintenant déterminer quels seront les dommages et intérêts qui seront versés aux familles des victimes.

Une audience sans Francis Heaulme

"Francis Heaulme ne sera pas là. On ne parle plus du dossier, on ne reparle plus des faits, mais on parle d'eux, de ces parents, de ceux qu'ils ont vécu et du préjudice qu'ils connaissent du fait de la mort de leur enfant", explique Me Boh-Petit. Mais comment chiffrer un tel préjudice ? "C'est irréparable, mais c'est la seule réponse judiciaire qui peut être apportée : une réparation financière".

100.000 euros, on peut se dire que c'est énorme, et en même temps, ce n'est rien à côté d'une vie." - Me Boh-Petit

Comment le montant est-il calculé ? Là encore, Me Boh-Petit ne mâche pas ses mots : "C'est triste à dire, mais il y a des barèmes qui s'appliquent. Le préjudice de douleur, par exemple, détaille l'avocate, ou encore le préjudice d'affection, pour lequel, dans le cas de Mme Beining, je demande un somme de 100.000 euros. On peut se dire que c'est énorme, et en même temps, ce n'est rien à côté d'une vie. Mais ça fait un peu marchandage. Mme Beining, elle, le dit : je ne fais pas ça pour l'argent, cela paraît tellement dérisoire, l'argent".

Une reconnaissance de préjudice pour Cyril lui-même

Les experts ont aussi réexaminé les corps, et la manière dont les enfants ont été tués. Me Boh-Petit va donc demander à ce qu'on reconnaisse aussi le préjudice de Cyril Beining lui-même : "Le préjudice de l'angoisse de mort, car on est capable d'évaluer ce que cet enfant a eu dans la tête" au moment des faits. Et "aussi le préjudice de perte de chance de vie. On parle d'un enfant de huit qui meurt un dimanche après-midi alors qu'il fait du vélo et qu'il vient de goûter avec son papa et sa maman. Ce qu'il perd, c'est la Vie avec un grand V."

Bien souvent, "comme les peines sont très longues, les criminels condamnés ne peuvent pas indemniser les victimes"

Une fois que le préjudice est établi, c'est bien le coupable, en l’occurrence Francis Heaulme, qui est condamné à le payer. Mais dans les faits, bien souvent, "comme les peines sont très longues, les criminels condamnés ne peuvent pas indemniser les victimes", ils ne gagnent pas suffisamment d'argent en prison. C'est donc le fonds de garantie des victimes, donc l'Etat, qui paye, et qui doit ensuite essayer de récupérer ce qu'il a versé. 

En tout cas, dans le cas de cette affaire, la procédure risque d'être longue. Rappelons par ailleurs que Francis Heaulme s'est pourvu en cassation : il pourrait donc y avoir un nouveau procès, non pas sur le fond mais sur la forme. 

Dominique Boh-Petit, invitée de la rédaction de France Bleu Lorraine

L'audience sur intérêts civils de ce lundi a été reportée au 23 septembre 2019 en raison du pourvoi en cassation de Francis Heaulme. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu