Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bientôt des amendes pour ceux qui nourrissent les pigeons à Draguignan ?

lundi 23 juillet 2018 à 23:59 Par Théo Hetsch, France Bleu Provence

Ils sont des centaines et leurs fientes envahissent les trottoirs : les pigeons. Certains habitants de sont à bout. Ils demandent à la mairie de remettre en activité les deux pigeonniers, fermés depuis deux ans. Les élus envisagent aussi de sanctionner les amoureux des oiseaux qui les nourrissent.

Les amoureux des pigeons, qui leurs donnent à manger, risqueront jusqu'à 450 euros d'amende
Les amoureux des pigeons, qui leurs donnent à manger, risqueront jusqu'à 450 euros d'amende © Radio France - Théo Hetsch

Draguignan, France

La vie d'Arlette Benoit est devenue un calvaire. Cette retraitée de Draguignan (Var) habite à deux pas de l'ancien pigeonnier, place Joseph Allet. Et les pigeons ont élu domicile sur son balcon. Elle ne compte plus les fientes. Ils viennent par dizaines. "Je suis toujours en train de nettoyer ma terrasse, explique-t-elle. Je dois le faire tous les jours".

"A Paris, Marseille, Toulon, ils ré-installent des pigeonniers, mais à Draguignan, on les ferme !" Arlette Benoît

"Je dois nettoyer ma terrasse tous les jours", explique Arlette Benoît, envahie par les pigeons - Radio France
"Je dois nettoyer ma terrasse tous les jours", explique Arlette Benoît, envahie par les pigeons © Radio France - Théo Hetsch

Pourtant la retraitée a tout essayé : "J'ai installé des piques sur le balcon, mais ils passent par-dessus, raconte-t-elle en montrant la rembarde de son balcon recouvert de piques en plastique. J'ai aussi acheté un boîtier qui émet des ultrasons, mais ce n'est pas dissuasif". 

Pour elle et un collectif d'habitants qu'elle mène, la seule solution, c'est la réhabilitation des pigeonniers. "Ils en installent de nouveau à Paris, à Marseille, parce que ça marche, s'égosille-t-elle. Les pigeons sont nourris, logés et ils ne viennent pas embêter les habitants".

Jusqu'à 450 euros d'amende pour ceux qui nourrissent les pigeons

Mais cela a un coût : Danielle Adoux-Copin est adjointe à l’environnement : "Le coût annuel s'élève, pour les deux pigeonniers, à 10.000 euros, pour le nettoyage, la clarification des oeufs, la facture des graines, etc..., énumère l'élue. C'est une sacrée somme pour une commune". Face à la grogne, la mairie pourrait tout de même envisager de les réactiver.

Et en parallèle, de sanctionner les amoureux des oiseaux qui nourrissent les pigeons. L’amende pourrait aller jusqu’à 450 euros en cas de récidive. "Certains leur apportent même des bassines de riz, de pâtes ou de semoule, ce n'est pas admissible" explique l'élue. Pour l’instant, rien n’est encore gravé dans le marbre, tempère la mairie. Les élus débattront de tout cela à la rentrée.

L'un des deux pigeonniers de la ville, situé place Joseph Allet. La mairie a arrêté de l'alimenter en graines et de le nettoyer il y a deux ans - Radio France
L'un des deux pigeonniers de la ville, situé place Joseph Allet. La mairie a arrêté de l'alimenter en graines et de le nettoyer il y a deux ans © Radio France - Théo Hetsch