Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Drame à la gendarmerie de Bailleul : le militaire ne peut pas être interrogé

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

On en sait plus sur la mort d'une dame de 46 ans dans un logement de fonction de la gendarmerie de Bailleul. Son compagnon, un militaire de 40 ans, est soupçonné d'avoir tiré à plusieurs reprises sur elle avant de retourner l'arme contre lui. Il est grièvement blessé et hospitalisé à Lille.

L'enquête est confiée à la section de recherche de la gendarmerie de Lille
L'enquête est confiée à la section de recherche de la gendarmerie de Lille © Maxppp - Guillaume Bonnefont

Il reste quelques zones d'ombre autour du drame qui s'est déroulé jeudi soir vers 22h dans la gendarmerie de Bailleul. Mais l'enquête ouverte pour "homicide aggravé" par le procureur de Dunkerque Sébatien Piève, progresse vite. La piste du féminicide est privilégié. 

Des tirs avec l'arme de service

Un gendarme de 40 ans, né en région Parisienne et qui a fait toute sa carrière dans le Nord est soupçonné d'avoir tiré à plusieurs reprises, avec son arme de service, sur sa compagne jeudi soir après une dispute dans le logement de fonction du militaire. La dame de 46 ans est décédée sur le coup. Le gendarme est ensuite sorti et s'est sans doute tiré une balle dans la tête sur sa terrasse. Il a survécu mais il est grièvement blessé. Il est hospitalisé à Lille et il ne peut pas être interrogé, "pas sûr qu'il puisse être interrogé un jour" confie une source judiciaire. 

Un couple reconstitué

Le gendarme était arrivé à Bailleul à l'été 2017, il était en couple avec la victime mais ne vivait pas avec elle. Ils avaient des enfants mais pas ensemble. Jeudi soir, ils n'étaient qu'à deux dans le logement à l'intérieur de la caserne, il n'était pas en service mais gardait, comme c'est l'usage, son arme chez lui

Une autopsie va être pratiquée la semaine prochaine sur le corps de la quadragénaire, elle n'avait jamais fait de signalement à l'encontre de son compagnon. Le dossier administratif et pénal du gendarme est en train d'être épluché par les enquêteurs de la gendarmerie de Lille.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess