Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Kévin et Sofiane, tués pour un simple regard

Drame d'Échirolles : un témoin du procès aurait subi des pressions

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu
Grenoble, France

La quatrième semaine du procès du double meurtre de Kévin et Sofiane s'achève dans un climat tendu vendredi. Un témoin aurait subi des pressions. Ce procès hors-normes, avec douze accusés dans le box, se déroule à huit-clos depuis le 2 novembre, devant la cour d'assises des mineurs de l'Isère.

La salle d'audience de la cour d'assises de Grenoble.
La salle d'audience de la cour d'assises de Grenoble. © Radio France - Denis Souilla

Ce jeudi, c'était une dix-neuvième journée sous pression, au procès du double meurtre de Kévin et Sofiane. Ce procès hors-normes, avec douze accusés dans le box, se déroule à huit-clos. Après un long examen des personnalités, c'est désormais, depuis une semaine, l'audition des témoins qui se poursuit devant la cour d'assises des mineurs de l'Isère. Les voisins, les personnes qui ont assisté à la scène de près ou de loin. Mais jeudi, les audiences se sont déroulées dans un climat tendu.

L'un des témoins se rétracte dans la journée

Depuis le début de l'instruction, ce sont deux clans qui s'opposent dans le box des accusés : ceux qui ont parlé aux enquêteurs et ceux qui ne balancent pas. Avec des témoins muets ou des déclarations plutôt floues.

"Personne n'est dupe (...) La vérité était dite et elle a dérangé" 

– Maître Francis Szpiner, avocat des familles de victimes

Jeudi après-midi, Saïd Hanachi, l'un des témoins entendus par la cour, a contredit les déclarations qu'il avait faites le matin même. Il aurait subi des pressions, de la part d'un proche de l'un des accusés, Ilyès Tafer. Ce n'est pas surprenant pour Maître Francis Szpiner, avocat des familles des victimes : "C'est une affaire qui a toujours été sous le sceau de l'omerta, de la loi du silence et de la pression. Personne n'est dupe, on voit bien que la vérité était dite, qu'elle a dérangé, que des pressions ont été faites et ça se retournera contre l'auteur de ces pressions."

Maître Francis Szpiner, avocat des familles des victimes.

Après son revirement, le témoin a été déféré au parquet. Une réaction surprenante de la cour, estime Maître Florent Girault. Il défend Ilyès Tafer. "On veut faire monter la pression sur des choses de cette nature qui relèvent du déroulement classique d'un procès en cour d'assises. Si on continue, on est pas sorti de l'auberge !" 

Les auteurs de ces pressions pourraient être poursuivis pour subornation de témoin. Jeudi, dans les couloirs du palais de justice, certains avocats confiaient quand même qu'enfin, "on s'attaque au coeur de l'affaire". Le procès doit continuer encore deux semaines. Benjamin Bolo et Mikael Nerris, les deux amis de Kévin et Sofiane, présents le soir du drame à Échirolles, devaient être entendus jeudi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu