Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Drame d'Ychoux : la justice retient la préméditation et la motivation raciste dans l'affaire El Barkaoui

Claude Gorsky est renvoyé devant la Cour d'Assises des Landes. Le sexagénaire est accusé de tentative de meurtre avec préméditation, en raison de l'appartenance réelle ou supposée à une ethnie, une nation, ou une prétendue race, sur la personne de Saïd El Barkaoui, le 20 mai 2018 à Ychoux.

Jamila El Barkaoui (au centre), entourée d'avocats et de représentants du Mrap et de SOS Racisme
Jamila El Barkaoui (au centre), entourée d'avocats et de représentants du Mrap et de SOS Racisme © Radio France - Flore Catala

La Justice retient la motivation raciste et la préméditation dans l'affaire El Barkaoui : ce père de famille de 39 ans a reçu, le 20 mai 2018, cinq balles tirées par son voisin, Claude Gorsky, à Ychoux. Impossible de dire si les coups de feu sont à l'origine de son décès deux semaines plus tard. 

Selon le comité de soutien de la famille de la victime, le juge d’instruction vient de rendre son ordonnance de renvoi devant la cour d'assises des Landes. Le sexagénaire est mis en accusation pour tentative de meurtre avec préméditation, en raison de l'appartenance réelle ou supposée à une ethnie, une nation, ou une prétendue race. Une ordonnance conforme aux réquisitions du parquet de Mont-de-Marsan, il y a un mois. 

Après plus de deux ans d'instruction, la sœur de Saïd El Barkaoui, Jamila El Barkaoui espère désormais un procès le plus rapidement possible. 

France Bleu Gascogne : Est-ce un soulagement de savoir que la motivation raciste a été retenue ?

Jamila El Barkaoui : Tout à fait. Pour ma famille et moi même. Quand nous avons reçu l'ordonnance du juge, ça a été un soulagement que tout ça soit pris en considération : le crime raciste, la tentative d'assassinat et surtout la préméditation, qui était pour nous une évidence. 

Vous avez eu des craintes pendant l'instruction ? 

Notre blessure a été encore plus prononcée quand nous avons appris la libération (ndlr : Claude Gorsky est en liberté sous contrôle judiciaire depuis décembre 2019) de cet individu. A partir de là, on s'est mis à douter de tout. 

Ce renvoi devant la cour d'assises, c'est une première victoire ? 

Je ne peux pas vraiment appeler ça une victoire. Je devrais me réjouir que tout soit pris en considération, que le juge ait suivi ce qu'avait demandé le procureur, mais la joie n'est pas là. Je ne peux pas vous dire je suis ravie. Je l'aurais été si cette personne était toujours en prison. On sait que quand la personne est en liberté conditionnelle les procédures sont très très longues, donc il n'y a pas vraiment une grande joie.

C'est insupportable pour les enfants de mon frère, pour ma famille. Même si mon frère n'est pas mort sous ses balles, la détermination ce jour là de cet individu n'est même plus à prouver. Il n'y a aucun doute. Il est venu, acharné, plein de haine, de racisme, en tirant à cinq reprises sur mon frère. Les deux dernières balles, mon frère était face contre terre, il rampait parce qu'il entendait ses enfants pleurer, il avait peur pour ses enfants. 

Cet individu le suivait dans le jardin, au dessus de lui il a tiré deux balles qui se sont logées près de la colonne vertébrale. Il continuait à tirer alors que l'arme était vide, il a regardé mon frère en lui disant : "Je t'avais promis que je te buterai, regarde ce que je suis en train de te faire enculé d'arabe." Je suis désolée, c'est vulgaire mais c'est dixit ses mots à lui. Alors, j'ai du mal à comprendre et j'en veux fortement à la Cour d'Appel de Pau, qui nous inflige une double peine. 

Qu'attendez-vous de ce procès aux Assises ? 

Que ça arrive le plus rapidement possible. Qu'on arrête de nous faire souffrir, de faire traîner sous prétexte qu'il est libre. Non ! Il faut être plus humain, penser aux familles des victimes, accélérer la procédure. Cet individu n'a pas à être à l'extérieur, profiter de sa famille, profiter de l'air qu'il respire pendant que mon frère est entre quatre planches, que ses enfants souffrent et grandissent sans leur papa. Cet individu, sa place est derrière les barreaux, en prison. 

Est-ce que vous attendez des excuses, des explications ? 

Pour ma part, je n'attends aucune excuse pour la simple et bonne raison qu'il n'y aura aucune véracité dans ses excuses. C'est quelqu'un de haineux, raciste, qui savait très bien ce qu'il faisait. S'il venait à s'excuser, ce serait juste parce qu'on lui dirait c'est bien le jour au tribunal. Je n'attends rien de cette personne. J'attends juste que la justice rende justice à mon frère et que cette personne parte le plus rapidement en prison. C'est là-bas qu'il doit être. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess