Faits divers – Justice

Drame de Bas-en-Basset : le témoignage qui remet en cause l'hypothèse de l'airsoft

Par Mathilde Montagnon, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu Saint-Étienne Loire lundi 18 janvier 2016 à 14:41

© Radio France - Léo Tescher

Sept mois après la mort de trois adolescents à Bas-en-Basset, en Haute-Loire, l'hypothèse d'une explosion provoquée par les victimes jouant à de l'airsoft n'est plus la seule piste. Selon la quatrième victime, qui a survécu à ses blessures, les adolescents n'ont jamais apporté de produits chimiques.

Ce témoignage met à mal la piste privilégiée par les enquêteurs juste après le drame. L'adolescent explique que lui et ses amis n'ont jamais acheté ou apporté de mélange chimique ou explosif. Ils auraient découvert un sac sur place, dans la maison abandonnée. Ont-ils tenté de l'ouvrir ? L'ont-ils déplacé ? En tout cas, c'est ce qui aurait provoqué l'explosion.

À l'époque déjà, les enquêteurs avaient parlé de mélange instable. Ils avaient retrouvé sur place des traces très importantes d' acétone et d'acide chlorhydrique. L'influence de la chaleur, de la canicule, avait été évoquée.

>>> Lire aussi : Classement sans suite ou poursuites ? Décision le mois prochain dans l'affaire de Bas-en-Basset 

Le témoignage de l'unique survivant du drame pose de nombreuses questions. Si le sac était sur place, qui l'a déposé ? Qu'y avait-il précisément à l'intérieur ? Pourquoi ? La question de la responsabilité de l'accident se pose désormais sous un nouveau jour. Trois jeunes âgés de 13 à 16 ans avaient été tués lors de l'explosion et l'effondrement de la maison. Un quatrième avait été grièvement blessé.

Les jeunes victimes de l'explosion à Bas-en-Basset - Maxppp
Les jeunes victimes de l'explosion à Bas-en-Basset © Maxppp - Olivier Corsan