Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Charente : un homme tue sa femme malade d'Alzeihmer et se suicide à Montmoreau

-
Par , France Bleu La Rochelle, France Bleu
Montmoreau-Saint-Cybard

Une femme de 87 ans malade d'Alzheimer depuis plusieurs années a vraisemblablement été tuée par son mari dimanche matin à Montmoreau en Charente. L'homme âgé de 88 ans se serait ensuite suicidé. C'est la piste privilégiée par les enquêteurs.

Gendarme ( photo d'illustration )
Gendarme ( photo d'illustration ) © Maxppp - Franck Kobi

Pour le maire de Montmoreau Saint-Cybard, Jean-Michel Bolvin,  "c'est un drame de la fin de vie". "Le couple était bien connu dans la commune, il s'agissait de l'ancien boulanger. Le mari ne voulait pas quitter son logement pour partir en Ehpad, il pensait s'en sortir seul, mais n'a visiblement pas mesuré l'ampleur du travail de devoir s'occuper seul de sa femme malade d'un stade avancé d'Alzheimer."

Les enquêteurs semblent aujourd'hui valider la chronologie des faits

Selon le parquet, que nous avons joint, il a d'abord tué sa femme avant de se suicider. Pour le maire, "c'est un drame de l'impuissance face à une situation devenue ingérable, mais pas de la solitude. Le couple était suivi par l'association LISAM. (Lutte contre l'isolement des aînés du Montmorélien) Des bénévoles venaient régulièrement à leur domicile."

Jean Claude Louis, ancien maire de la commune, ancien médecin et actuel président de l'association, sentait que cela pouvait mal se passer pour ce couple.

"Je savais qu'un drame se préparait" - Jean-Claude Louis, le président de l'association LISAM -

"Je savais qu'un drame se préparait. On considère cela comme un échec. La secrétaire de l'association qui se rendait tous les deux à trois semaines à leur domicile, estime qu'elle aurait peut-être pu les voir plus souvent. Mais, je ne sais pas si on aurait pu l'éviter. Peut-être, peut-être... C'est compliqué de gérer cela, passionnant, mais compliqué."         

Une vingtaine de membres de l'association LISAM se rendent régulièrement au domicile de 50 à 60 personnes identifiées sur Montmoreau et ses environs.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess