Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Drame de la route à Charsonville : "J'aurais préféré mourir à sa place" se défend la prévenue au tribunal

-
Par , France Bleu Orléans, France Bleu

Une femme de 26 ans comparaissait ce mardi devant le tribunal correctionnel d'Orléans pour homicide involontaire. Il y a deux ans et demi, alors qu'elle avait bu, elle avait percuté une autre voiture à Charsonville, près de Meung-sur-Loire. Une jeune maman de 21 ans était décédée dans l'accident.

L'accident avait eu lieu le 4 décembre 2017 à Charsonville
L'accident avait eu lieu le 4 décembre 2017 à Charsonville © Maxppp - Lional Vatam

Le Tribunal correctionnel d'Orléans juge régulièrement des affaires d'accident de la route avec l'alcool en circonstance aggravante. Mais ce mardi, l'affaire évoquée est particulièrement douloureuse parce qu'elle implique deux jeunes femmes, deux vies brisées un soir de décembre 2017 à Charsonville, près de Meung-sur-Loire. 

Elle avait bu une bouteille entière de rosé et du Get 27 

La prévenue, Aurore, a 24 ans à l'époque des faits. Elle vient de déjeuner chez sa mère quand elle rentre chez elle dans le Loir-et-Cher. "C'est vrai que j'avais bu" reconnait-elle , "une bouteille entière de rosé et du Get 27 en digestif". D'ailleurs, avant de repartir, elle ne se sent pas très bien et prend une douche. Quelques heures plus tard, sur la départementale 2, sa Peugeot 308 freine brutalement dans une courbe, se déporte et vient percuter la voiture qui arrive en face. Le choc est violent. Les experts ont estimé qu'Aurore roulait à plus de 110 km/heure à ce moment là. La conductrice de l'autre véhicule est tuée, elle avait 21 ans et venait ce jour là de reprendre son travail après un congé maternité et la naissance de sa petite fille six mois plus tôt. 

Un dossier comme celui-là, ça me glace le sang.

Arrivés sur place, les pompiers constatent très vite que la conductrice à l'origine de l'accident "sent l'alcool" selon leurs propres termes. Aurore est en état de choc et conduite à l'hôpital. Les analyses révèlent qu'elle a 1,71 gramme d'alcool dans le sang. "A ce stade là, certains sont dans un état second voire dans le coma" insiste la présidente du tribunal. "Aviez vous l'habitude de boire ?" La prévenue affirme que non et explique qu'elle ne s'est pas rendue compte de son état, que "même sa mère ne l'a pas retenue". Depuis d'ailleurs, elle lui en veut et leurs relations sont difficiles. 

"Moi, quand j'ouvre un dossier comme celui là, ça me glace le sang" attaque un des avocats de la famille de la victime. "Comment peut-on prendre la route après avoir bu autant ?" Une autre avocate, qui défend les parents de la victime, s'énerve à son tour : "Ces parents et grands-parents n'ont plus le droit au bonheur parce que jour là, quelqu'un s'est autorisé à prendre la route dans ces circonstances". 

Le procureur réclame une peine avec sursis 

A la barre du tribunal, tête baissée et voix fluette, Aurore répond timidement aux questions avant de lâcher : "J'aurais préféré que ce soit moi qui meure plutôt qu'elle". Depuis le drame, elle assure qu'elle ne boit plus une goutte d'alcool et va régulièrement voir un psychologue. Son avocate rappelle que la jeune femme n'a jamais été condamnée par le passé, qu'elle travaille mais que pour "elle aussi, c'est une vie à reconstruire". "Il faut qu'elle accepte le fait d'avoir tué quelqu'un, c'est aussi un poids à porter" insiste maître Renard. 

Dans ces réquisitions, le procureur rappelle que "c'est bien sa responsabilité" qui est en jeu. Il réclame deux ans de prison avec sursis, une annulation du permis de conduire et l'interdiction de le repasser avant cinq ans. Le jugement a été mis en délibéré au 1er septembre. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu